Heal

Heal - Culture Expositions - Rétrospectives Peinture Photographie Sculpture Exposition - Les Docks Village - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Organisé par la Fondation Debsaysyes
Curation par Chloé Marchand

« L ’Art est une blessure qui devient lumière. » G.Braque

L’exposition HEAL présente les œuvres de 27 artistes locaux et internationaux travaillant différents supports, la peinture, la photographie et la sculpture, plus de 80 œuvres exposées au sein des Docks sur le thème de l’Art qui guérit.

S’appuyant sur le rapport de l’OMS, publié en 2019, affirmant l’impact bénéfique de l’Art sur notre bien-être et notre santé, chaque artiste participant s’est interrogé sur le thème et nous en offre sa propre interprétation.
Du processus de création à l’exposition de l’œuvre finale, chaque aspect est primordial dans la guérison par l’Art. Certains artistes y trouvent une échappatoire, une manière d’exprimer leurs ressentis et de libérer leurs émotions
À travers leurs œuvres, les artistes peuvent également soulever des problématiques sociales et permettre une amélioration des liens entre différents groupes par la compassion et l’entraide.

[SDS34] Hendrik Hegray – Skullflower, Live in Antwerpen, 27.01.2007

[SDS34] Hendrik Hegray – Skullflower, Live in Antwerpen, 27.01.2007 - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Sculpture Vidéo Dessin Exposition - Salon du salon - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Vernissage le 28 août 2022 de 12h à 16h
Rencontre avec l’artiste le 25 août 2022 de 14h à 19h

Hendrik Hegray pratique le dessin, la musique, la performance, la photo, la vidéo, la sculpture.

Influencé à la fin des années 90 par les mouvements liés au graphisme et au dessin underground, il publie de nombreuses revues Nazi Knife, Ed. Paraguay, False Flag (W Jonas Delaborde) avec une implication particulière dans le domaine de l’auto-édition.

Hendrik Hegray développe une œuvre forte, fragile, radicale et aberrante qui, malgré sa radicalité et sa position en « marge » a pu bénéficier d’importantes mises en avant avec les expositions L’époque, les humeurs, les valeurs, l’attention Fondation Ricard, 2014 ; Rêve de cuir, Treize 2016 ; Futur Ancien Fugitif, Palais de Tokyo 2019 ; FREESTyLE = CLAQUEMENTs DE CUISSE, Galerie Valeria Cetraro 2020 …

Hendrik Hegray poursuit un chemin au gré d’envies, de partages, de rencontres, et propose une variation de sa capacité à tendre au monde un miroir accidenté, peuplé de ses chimères, inventions, de ses débris et découvertes.

Galerie Valeria Cetraro & Salon du Salon Project Space.

Sublime !

Sublime ! - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Exposition - Quai Du Port - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La Nature a toujours été une source d’émerveillement et d’inspiration pour les
artistes. Les images présentées dans l’exposition expriment sa beauté et les
liens qui nous unissent à elle. Contempler le paysage grandiose de sommets
montagneux, un coucher de soleil sur la mer, ressentir une intense plénitude en
s’allongeant au milieu d’un champ de fleurs, nager dans l’eau fraîche d’une calanque un soir d’été, frémir devant le spectacle de l’animal en chasse, notre relation au monde est une expérience bouleversante !

Animaux, végétaux, humains, faisons partie de cet ensemble à la fois fascinant et mystérieux qu’est le vivant. L’époque actuelle nous prouve sa fragilité et l’importance de le préserver. Cette exposition est un hymne à la Nature, au Sublime !

En préfiguration de sa douzième édition à l’automne, le festival Photo Marseille
et la Ville de Marseille proposent dans le cadre de l’Été Marseillais 2022 une
installation sur le Quai du Port du 15 juillet au 28 août.

L’exposition SUBLIME ! présente un retour en images sur les 11 premières éditions de la manifestation avec les travaux de 15 photographes sur le thème de la nature.

Commissaire de l’exposition : Christophe Asso

Artistes :

ALFONS ALT
TÉO BECHER
ÉRIC BOURRET
HÉLÈNE DAVID
MONIQUE DEREGIBUS
ANDRÉS DONADIO
CAMILLE FALLET
LÉA HABOURDIN
MARIE HUDELOT
MAGALI LAMBERT
MARINE LANIER
GEOFFROY MATHIEU
ANDRÉ MÉRIAN
FRANCK POURCEL
SNEZHANA VON BÜDINGEN-DYBA

LireOLit (LOL) portraits de lecteur.rice.s en sons et en images

LireOLit (LOL) portraits de lecteur.rice.s en sons et en images - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Sciences humaines et sociales Exposition - Maupetit, côté Galerie - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La librairie Maupetit présente du 7 juillet au 27 août 2022, à Marseille, une exposition réalisée à partir de photographies et d’enregistrements effectués auprès de couples ayant été photographiés au lit, dans l’intimité de leur chambre, en train de lire des livres dont les titres se répondent en produisant un effet poétique, comique, décalé…

Les couples ont été invités à confectionner leurs propres paires de livres en puisant dans le fonds de leur bibliothèque personnelle.

L’exposition conçue et imaginée par Guylaine Bouvÿ-Thabourey, ethnologue de formation, est portée par l’association Ethnoméditerranée.

En complément du travail photographique réalisé par un professionnel, l’auteure du projet a réalisé des entretiens individuels auprès de chaque personne ayant été photographiée puis avec le couple.

Ces entretiens approfondis, à caractère ethnographique, portent sur la relation
que la personne entretient avec les livres, ses manies ou rituels de lecture, le statut du livre au sein de la sphère privée et les modes d’appropriation de l’objet-livre :

Quelles sont vos habitudes de lecture ?
Vous arrive-t-il de ne pas finir un livre ?
Quels sont vos livres préférés ?
Que lisez-vous en ce moment ?
Comment choisissez-vous vos livres ?
Comment les traitez-vous ?
Comment les rangez-vous ?
Quelle place la lecture occupe-t-elle
dans votre histoire personnelle ?
Est-ce que vous discutez en couple ou
en famille des livres que vous lisez ?
Est-ce que vous vous conseillez mutuellement ? …

Vernissage le jeudi 7 juillet de 17h à 19h

Ombre est lumière : exposition du photographe Lucien Hervé

Ombre est lumière : exposition du photographe Lucien Hervé - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Exposition - Hall du Corbusier - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

En décembre 1949, suite aux conseils du Père Couturier Lucien Hervé arrive à Marseille pour photographier la Cité Radieuse. Il a péniblement décroché une commande de la revue Plaisir de France, pour faire un reportage d’ une journée. Face au chantier, c’est l’ émerveillement.

Il prend environ 650 clichés dont une cinquantaine sont absolument admirables. À son retour, il envoie ces clichés à Le Corbusier, ce dernier ayant déjà un contrôle rigoureux de son image. La beauté et la rigueur de ses photos scelle le destin des deux hommes. Le 15 décembre 1949, Hervé reçoit une lettre de Le Corbusier affirmant qu’ il avait « L’ âme d’un architecte… et lui demandant de passer le voir à Boulogne… ». à partir de ce moment, leurs vies professionnelles furent liées jusqu’ à la mort de l’ architecte. De 1950 à 1965, Hervé devient le photographe attitré de Le Corbusier.

Pourquoi une exposition à la Cité Radieuse ?
Parce que c’ est “Là” que tout a commencé entre ces deux créateurs !
L’ architecte trouve dans sa photographie non plus un enregistrement mais une création. Malgré ses nombreuses expositions et publications, il n’ y a pas encore eu d’ exposition de Lucien Hervé à la Cité Radieuse. C’est donc une première !

Contes utopiques – Léo Dérivot

Contes utopiques – Léo Dérivot - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Exposition - Cité des Arts de la Rue - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Cette installation photographique est issue d’ateliers réalisés avec les jeunes migrants de la Mission locale du 15 et 16e arr. et de l’Association d’aide aux jeunes travailleur (AAJT)

Ce projet a pour objectif de rendre compte d’une expérience humaine où, écoute et échange, sont les fondements d’une création, de créations qui tentent de nous questionner sur nos préjugés ainsi que sur nos enfermements dans des postures sociales qui paraissent souvent non miscibles. Les réalisations sont modelées par des rencontres humaines et les échanges de chacun sur le monde tel qu’ils le sentent, le monde tel qu’ils le voient.

Vernissage mercredi 15 juin à 18h
Du 15 juin au 10 septembre – du mardi au vendredi de 14h à 18h – aux ateliers Lezarp’art
Fermée en août

Dans le cadre d’Un été aux Aygalades.

Italia intima – Un voyage en images entre passé et présent

Italia intima – Un voyage en images entre passé et présent - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Exposition - Institut Culturel Italien - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Jeudi 11 mai 2022 à 18h – Vernissage de l’exposition en présence de Claudio Argentiero

Photographies de Elio Ciol, Guido Giannini, Mario Vidor, Luciano Montemurro, Augusto Viggiano, Marianne Sin-Pfältzer, Giuseppe Leone, Mario Giacomelli, Pietro Donzelli, Claudio Argentiero.
Production: Archivio Fotografico Italiano de Castellanza (Milan) dirigé par Claudio Argentiero.

Depuis plus de 30 ans, Claudio Argentiero s’occupe de photographie. Son parcours se construit entre travaux commissionnés et recherches personnelles. Il s’intéresse depuis toujours à la documentation du territoire. Il dirige et organise des expositions et des événements photographiques de renom. Il est le créateur et l’organisateur du Festival Photographique Européen et de quelques expositions annuelles dont celles organisées depuis près de vingt ans dans l’historique Villa Pomini de Castellanza, lieu symbolique pour la photographie qui accueille le Fonds Photographique Italien, des archives importantes ayant pour finalité la conservation d’importantes œuvres d’auteurs italiens. Il est le Président Fondateur des Archives Photographiques Italiennes (AFI), tout en étant « photo-éditeur » de livres de collection. Ses images font partie de collections publiques et privées, italiennes et étrangères.Photographies de Elio Ciol, Guido Giannini, Mario Vidor, Luciano Montemurro, Augusto Viggiano, Marianne Sin-Pfältzer, Giuseppe Leone, Mario Giacomelli, Pietro Donzelli, Claudio Argentiero.
Production: Archivio Fotografico Italiano de Castellanza (Milan) dirigé par Claudio Argentiero.

• Jeudi 11 mai 2022 à 18h00 – Vernissage de l’exposition en présence de Claudio Argentiero.

Depuis plus de 30 ans, Claudio Argentiero s’occupe de photographie. Son parcours se construit entre travaux commissionnés et recherches personnelles. Il s’intéresse depuis toujours à la documentation du territoire. Il dirige et organise des expositions et des événements photographiques de renom. Il est le créateur et l’organisateur du Festival Photographique Européen et de quelques expositions annuelles dont celles organisées depuis près de vingt ans dans l’historique Villa Pomini de Castellanza, lieu symbolique pour la photographie qui accueille le Fonds Photographique Italien, des archives importantes ayant pour finalité la conservation d’importantes œuvres d’auteurs italiens. Il est le Président Fondateur des Archives Photographiques Italiennes (AFI), tout en étant « photo-éditeur » de livres de collection. Ses images font partie de collections publiques et privées, italiennes et étrangères.

L’Atlas en mouvement

L’Atlas en mouvement - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Photographie Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« L’Atlas en mouvement » présente les travaux réalisés par Mathieu Pernot depuis plus d’une dizaine d’années avec des personnes migrantes et propose une nouvelle perspective dans la manière de les représenter.

L’astronomie, la botanique, l’anatomie, la cartographie, l’histoire de l’écriture, la question de l’habitat sont convoquées dans cet atlas comme un savoir commun à l’ensemble de l’humanité. Un savoir commun qui se trouve ici incarné par des individus aux destins singuliers rencontrés par l’auteur.

Les planètes sont en mouvement perpétuel, les espèces animales migrent librement, les végétaux essaiment et envahissent les paysages alors qu’une partie de l’humanité se trouve contrainte et empêchée dans sa volonté de se déplacer. Refusant l’assignation à un territoire où il ne leur est plus possible de vivre, certaines personnes inventent de nouvelles circulations pour aller de l’avant. Le chemin est long et difficile, et nombreuses sont celles qui ne verront pas la fin du voyage.

Que peut-on imaginer, à partir des embarcations englouties par la mer Méditerranée ? Une forêt peut-elle garder la mémoire de ceux qui l’ont traversée ? Que peut nous dire le ciel de l’histoire de celui qui le regarde ? Comment habiter son corps, quand il faut quitter le lieu où il s’est lui-même construit ?

En réponse, Mathieu Pernot propose une nouvelle forme de récit, où l’histoire partagée se raconte à plusieurs voix. Mêlant photographies, vidéos, supports manuscrits, cartes et objets trouvés, l’atlas renverse le point de vue qui se pose sur les personnes migrantes. La plupart du temps sujets anonymes et anxiogènes du discours médiatique, ces individus sont ici nommés et inscrits dans le temps long de l’histoire des savoirs dont ils sont les dépositaires.
De Mossoul à Alep, de Lesbos à Calais en passant par Paris, « L’Atlas en mouvement » traverse les temps et les territoires de l’exil et part à la rencontre de celles et ceux qui ont la force de l’espoir. Il met en mouvement les images et propose de créer un espace où représenter l’histoire fragile des migrants. Il nous dit que celle-ci s’inscrit dans une histoire commune qu’il faut écrire ensemble.

– Commissariat et scénographie : Mathieu Pernot, photographe
L’exposition fait partie de la programmation Grand Arles Express des Rencontres d’Arles 2022

Thomas Mailaender – Lumière Passion

Thomas Mailaender – Lumière Passion - Culture Expositions - Rétrospectives Photographie Exposition - Centre photographique Marseille - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« L’on connaissait Thomas Mailaender en franc-tireur de l’exposition, en pirate de la technique, en collectionneur de bizarreries, bref, en bandit des grands chemins de l’art ; le voilà qui se présente à nous sous la double casquette de l’artiste industrieux et du contremaître. Il entend enduire, insoler, couper, coller, tirer, relier, projeter, plonger, recycler, détruire et, d’un même mouvement, exposer tous ces faits et gestes. Une fabrique donc, au beau milieu du Centre Photographique Marseille, qui tournera à plein temps et à plein régime. Là où, dans les musées, l’on accorde au moins un jour de repos aux œuvres pour les laisser respirer, Mailaender fera du sans relâche, 24/7, et avec lui quelques mains et têtes supplémentaires. Un joyeux bazar organisé par l’artiste, nommé comme l’une de ces boutiques photographiques des « trente glorieuses » : Lumière Passion. À tout prendre, l’on devrait s’y sentir comme dans une fête foraine, dans la chambre risquée d’un chimiste en herbe ou dans le garage fourmillant d’un mécanicien amateur. »

Guillaume Blanc. l’exposition et de plonger dans les archives Pissarro. C’est l’occasion pour découvrir l’œuvre de celui qui est considéré comme le père de l’impressionnisme.

Cette exposition fait partie de la programmation satellite des Rencontres d’Arles dans le cadre du Grand Arles Express.