Trésors coupables – Pillages archéologiques en France et dans le bassin méditerranéen

Trésors coupables – Pillages archéologiques en France et dans le bassin méditerranéen - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Archéologie Exposition - Musée d'Histoire de Marseille - (MHM) - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

L’exposition « Trésors coupables. Pillages archéologiques en France et dans le bassin méditerranéen » est labellisée Exposition d’intérêt national par le ministère de la Culture, elle est co-organisée par les Musées de Marseille et la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Provence-Alpes-Côte-d’Azur (PACA) (Service Régional de l’Archéologie).

Si aujourd’hui l’archéologie génère des découvertes largement médiatisées et renouvelle constamment nos connaissances historiques, elle est aussi victime de la fascination qu’elle suscite. Tous les ans, enfreignant le Code du Patrimoine qui régit la pratique de l’archéologie en France, des trafiquants et « collectionneurs » captent plusieurs millions de biens culturels – de la préhistoire à l’époque contemporaine – au détriment de la connaissance et du partage avec le plus grand nombre de notre patrimoine commun. Ces recherches et commerces d’objets extraits du sol et sous les eaux sont des délits et sont tout l’inverse de ce qu’est l’archéologie. Car cette dernière, « science du passé », n’est pas, en effet, la recherche des objets enterrés ou sous les eaux mais celle du savoir enseveli pour le partager de manière désintéressée au plus grand nombre. Le pillage est, quant à lui, la prédation illégale des objets, dans un but de confiscation mercantile ou de jouissance individuelle, au détriment du savoir collectif. Les musées se sont emparés du sujet afin de sensibiliser les publics à ce fléau (exposition-dossier « Sculptures antiques de Libye et de Syrie. Lutter contre le trafic illicite de biens culturels », au Louvre en 2021 ; « Passé volé » au Musée d’Archéologie nationale qui s’est achevée le 29 août 2022 et « Trésors du fond des mers, un patrimoine archéologique en danger » présentée actuellement au musée départemental Arles antique).

Plus qu’un projet de délectation, cette exposition ambitionne de sensibiliser le public le plus large quant à l’ampleur de ce phénomène. Dans ce but, elle bénéficie d’un très fort concours du ministère de la Culture notamment par le biais de ses services régionaux archéologiques et du Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines, ainsi que, chose plus inhabituelle, de la coopération de services de douanes, de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale. Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France et l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Forte de cet objectif et de ce riche réseau partenarial, cette exposition d’ambition citoyenne durera onze mois afin de pouvoir être inscrite dans la programmation annuelle des publics scolaires, étudiants et professionnels. Car le pillage archéologique ne concerne pas que le trafic organisé international des « antiquités de sang ». Il débute le plus souvent par un geste anodin de la part de tout un chacun : le ramassage d’un objet au sol ou sous les eaux. L’exposition s’adressera donc à toute la population et délivrera les bonnes pratiques à adopter.

Durant l’année de l’exposition, de nombreux rendez-vous seront au programme, et seront annoncés sur le site des Musées de Marseille. Conférences, projections, visites commentées, visites coup de cœur, ateliers pour les familles… viendront compléter les thématiques abordées dans l’exposition.

Les commissaires
Xavier Delestre – David Lavergne – Xavier Corré

Marseille, la belle re-belle !

Marseille la belle re-belle ! - Culture Expositions - Rétrospectives Arts plastiques / graphiques Historique Sciences humaines et sociales Exposition - Préau des Accoules - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Les artistes marseillais donnent à travers leurs œuvres, une dimension documentaire de la ville. Des créations artistiques qui sont un témoignage des lieux et de la vie des marseillais. Des artistes de renom qui de par leur talent et leur implication, en ont fait une ville de mouvements d’arts reconnus.

« Nous sommes à Marseille, en ce bouillonnant, étourdissant, éblouissant et tant aimable Marseille qui me grise et que je ne me consolerai jamais d’avoir découvert si tard… » Nadar

Marseille, terre de lumière, empire du soleil!
Le soleil, la mer azur, la lumière implacable, les couleurs éclatantes, les chemins caillouteux, les garrigues, les oliviers, les cyprès… De cette diversité naît une image typique, celle d’une ville aux multiples facettes, solaire, dominée par l’omniprésence de la lumière. Cette nature à la caractéristique si singulière qui inspire tant les artistes.

Marseille ville populaire !
En immortalisant des scènes de vie quotidienne, des rencontres aux cafés, des marchés aux poissons, des marchés aux fleurs, des vieux quartiers de la ville… les artistes marseillais sont les témoins d’une ville populaire et colorée. Ces scènes humanistes rejettent l’image des grandes villes dans ce qu’elles comportent d’anonymat, d’indifférence, et d’invisibilité. Marseille c’est aussi le commerce maritime, un port de transit d’hommes aux destins variés, où se croisent marins en escale, voyageurs et immigrés. Marseille porte de l’Orient, dynamique, cosmopolite, et hétéroclite où se mêlent senteurs exotiques, histoires de marins et mythes en tout genre.

Marseille esprit rebelle !
Des artistes marseillais affirment leur côté rebelle, dans leur manière de concevoir l’art. Choisissant une technique de non-intervention, des artistes se mettent en position de rupture complète avec la sculpture traditionnelle.

Dans cet espace de grande qualité architecturale qu’est le Préau des Accoules, nous invitons les petits et les grands à venir découvrir cette nouvelle exposition. Grâce à notre pédagogie spécifique et ludique les enfants pourront comprendre l’histoire de leur ville à travers des œuvres issues des collections des Musées de Marseille.

Pour enfants à partir de 5 ans

Pour les individuels : accueil les mercredis et samedis à 14h.
Pendant les vacances scolaires, accueil les mardis, mercredis, jeudis, vendredis, samedis à 14h.
Sur réservation, dans la limite des places disponibles, par téléphone.

Centres de loisirs : accueil les mercredis matin à 10h.
Pendant les vacances scolaires, accueil les mardis, mercredis, jeudis, vendredis matin à 10h.
Sur réservation, par téléphone.

Contact :
Tél : 04 13 94 83 85
Mail : resa-preaudesaccoules@marseille.fr

L’objet d’une rencontre

L’objet d’une rencontre - Culture Expositions - Rétrospectives Artisanat Arts plastiques / graphiques Design Historique Exposition - Musée d'Histoire de Marseille / Voie historique - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Les Musées de Marseille poursuivent leur engagement d’une action culturelle en faveur des designers et des artisans d’art et s’associent à la Chambre de métiers et de l’artisanat de région PACA et à Marseille Design Méditerranée pour organiser un projet commun d’exposition alliant design et artisanat.

Savoir-faire, entre tradition et création contemporaine, le design et l’artisanat ont une partie de leur histoire commune, aujourd’hui réactivée par de nombreux créateurs qui mettent l’accent sur la qualité des matériaux et leur mise en œuvre, ainsi que sur l’ancrage territorial de certaines techniques ou caractéristiques. De l’idée au geste, design et artisanat interrogent la transmission des savoir-faire, de la créativité et des formes.

Cette exposition mettra en lumière le fruit d’une alliance des pratiques nées d’une fertilisation croisée entre designers et artisans. En résonance à « Objets migrateurs », exposition présentée au Centre de la Vieille Charité, « L’Objet d’une rencontre » présentera les œuvres nées de la collaboration de vingt binômes designer-artisan sur le thème de la transmission culturelle par la migration des objets, sous l’angle de l’influence esthétique et des usages, de la diversité et des
échanges entre les cultures.

Inscrite dans le parcours permanent du Musée d’Histoire de Marseille, « L’Objet d’une rencontre » fera écho aux collections de cet établissement, constitutives pour une large part d’un patrimoine de l’ailleurs. Un ailleurs lointain dans le temps et l’espace, aujourd’hui fondement de notre culture commune.
Designers et artisans vont à la rencontre des collections du MHM pour une exposition inédite d’œuvres à 4 mains qui reflèteront diversité de métiers, de matières et domaines d’expression.

Exposition co-produite par les Musées de Marseille, la Chambre de métiers et de l’artisanat de région PACA et Marseille Design Méditerranée.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite.

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Exposition itinérante Tous citoyens !

Exposition itinérante Tous citoyens ! - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Exposition - Archives départementales - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Semi des Archives

À partir de 18h00, avant les spectacles des 25 octobre, 29 novembre et 13 décembre, aux Archives départementales, venez découvrir en compagnie d’un médiateur l’exposition Tous citoyens !
Aménagé en salle d’exposition, ce semi-remorque sillonne les routes à la rencontre des publics. Avant les spectacles, vous êtes invités à découvrir les 90 documents de l’exposition conçue pour les collégiens du département tout en vous laissant conter l’histoire mouvementée de la citoyenneté depuis la Révolution française qui en a inscrit les grands principes jusqu’aujourd’hui. Qu’est-ce qu’un citoyen ? Quels sont ses droits et ses devoirs ? Comment la citoyenneté se consolide-t-elle grâce à l’éducation, quels combats ont été menés en son nom ? Toutes ces questions sont explorées afin de donner des clés de compréhension et faire acte de pédagogie utile.

La découverte de cette exposition dure environ 40 mn.
Jauge limitée, réservation obligatoire : reservations.archives@departement13.fr

Mémorial des déportations

Mémorial des déportations - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Exposition - Mémorial des déportations - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Situé au pied du Fort Saint-Jean, le Mémorial des camps de la mort a été inauguré en 1995 à l’occasion du 50e anniversaire de la libération des camps. Reconfiguré en 2019 dans un concept élargi de Mémorial des déportations, il est installé dans un blockhaus de la Seconde Guerre mondiale construit par l’armée allemande dans un ensemble du verrou défensif, devant prévenir un débarquement des Alliés en Provence.

Ce Mémorial rend désormais compte de la singularité de Marseille durant la Seconde Guerre mondiale : principale ville-refuge de la zone non occupée, ville transit, ville détruite, ville portuaire stratégique. Mais surtout, il contextualise au moyen de films, de témoignages ou récits de victimes parce que nés Juifs ou réprimées en tant que politiques, résistants ou otages, et de cartes, les politiques de déportation génocidaire et de répression organisées à Marseille et sa région.

Dans l’exposition de préfiguration proposée depuis le mois de décembre 2019, les événements tragiques de l’année 1943 menés par les Nazis avec la collaboration du régime de Vichy seront longuement évoqués : rafles, déportations et destruction des vieux quartiers de la rive nord du Vieux-Port.

Entrée gratuite dans la limite des capacités d’accueil
Site rattaché au musée d’Histoire de Marseille

Résistants, une génération oubliée
Le Mémorial des déportations inaugure le 9 décembre au sein de son parcours semi-permanent deux nouvelles créations mémorielles et artistiques sur la Résistance à l’occupant nazi et au gouvernement de Vichy mais aussi à l’enfer du système concentrationnaire : une Exposition Résistants, une génération oubliée, une création audiovisuelle artistique immersive, Résister.

Faire acte de résistance dès 1940 quand on a 20 ans et accepter de prendre tous les risques au péril de sa vie nous invitent à nous interroger sur leur motivation, leur attitude face au danger, aux souffrances physiques et morales infligées par leurs tortionnaires.

Ces deux productions mémorielles et artistiques ont été conçues à partir d’une série photographique et audiovisuelle imaginée et réalisée en 2011 par Sand Arty, Auteure-Photographe. Grâce à l’aide de l’ONACVG de Marseille (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) et de l’AFMD (Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation), l’auteure a pu retrouver quelques résistants, presque centenaires et résidents alors dans la région marseillaise, qui ont contribué à libérer notre pays de l’occupation allemande dans les années 1940.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

Le par­cours­ muséographique du Musée d’Histoire de Marseille

Le par­cours­ muséographique du Musée d’Histoire de Marseille - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Sciences Archéologie Exposition - Musée d'Histoire de Marseille - (MHM) - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Un musée d’Histoire pour un patrimoine vivant :

Marseille se dote d’un musée d’Histoire en 1983. Véritable musée de site, il s’inscrit pleinement dans les aménagements du Centre Bourse dont le chantier permit aux archéologues de mettre au jour entre 1967 et 1983 les vestiges monumentaux de la cité grecque et romaine. Conservés in situ, ces vestiges forment une introduction idéale à la visite du musée.

En 2013, le Musée d’Histoire de Marseille rouvre ses portes dans un tout nouveau parcours muséographique, didactique et numérique, allant de la Préhistoire à nos jours. Cet ensemble patrimonial, musée et site, offre au public des clés de lecture pour comprendre la ville d’aujourd’hui et son évolution.

UN MUSÉE D’HISTOIRE, UN MUSÉE DE VILLE

Musée moderne et accessible à tous, il propose une offre culturelle innovante et pédagogique. Les dispositifs multimédia présents dans le musée, sur le site archéologique de la Bourse et à travers la ville – le long de l’ancienne voie grecque jusqu’au fort Saint-Jean – permettent aux visiteurs de partir à la rencontre de Marseille et de ses habitants d’hier et d’aujourd’hui. Les effets de la réalité augmentée, les reconstitutions en 3D, les ambiances sonores permettent d’embarquer dans une grande machine à voyager dans le temps.

2 600 ANS D’HISTOIRE EN 13 SÉQUENCES

Le parcours muséographique s’appuie sur deux idées fortes : Marseille est la plus ancienne ville de France et c’est une ville portuaire ouverte sur la mer Méditerranée. Partant de ces deux évidences, le visiteur découvre l’histoire de la ville grâce à un fil d’Ariane maritime reliant treize séquences chronologiques, des premières occupations préhistoriques aux développements urbains contemporains.

Exposition virtuelle – Big Bang Bourse

Un parcours historique et ludique géolocalisé au coeur de Marseille, accessible gratuitement avec votre smartphone

Embarquez avec l’archéonaute pour un voyage insolite au coeur de Marseille et découvrez l’histoire incroyable du quartier de la Bourse, de l’Antiquité à nos jours.

Le quartier dit « de derrière la Bourse », aujourd’hui disparu, était délimité par le Cours Belsunce à l’est, La Canebière au sud, la rue de la République à l’ouest et la rue Colbert au nord.
Son histoire est marquée par plusieurs événements, qui ont bouleversé sa physionomie, depuis le percement de la rue Impériale en 1862 (actuelle rue de la République) jusqu’à sa totale destruction à la fin des années 1930.

Plongez dans un récit original et parcourez plus de 30 contenus audiovisuels en déambulant dans les rues du quartier de la Bourse.

Interviews, fictions, archives, témoignages, récits…
Application web réalisée par Tabasco Vidéo en partenariat avec le musée d’Histoire. Accessible sur https://bigbangbourse.com

Infos pratiques :

Pour profiter de cette expérience in-situ dans les meilleures conditions, vérifiez que la batterie de votre téléphone est chargée, que vous avez des datas en 4G, et munissez-vous d’un casque audio.

Vous pouvez naviguer librement dans les contenus ou choisir de les découvrir dans le sens du récit. Le point de départ se situe alors sur la Canebière devant le Palais de la Bourse.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite.

► Le Musée d’Histoire de Marseille dispose d’un centre de documentation.
Uniquement sur rendez-vous par mail : documentation-mhm@marseille.fr et au 04 91 55 36 20.

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

L’histoire du fort Saint-Jean

L’histoire du fort Saint-Jean - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Divers arts Sciences Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

A travers une sélection d’oeuvres et d’objets (en partie issus des collections du Mucem), l’exposition « Ruralités » explore les fondements de l’agriculture et de l’élevage en Méditerranée. Du Néolithique à nos jours, de l’invention de l’agriculture à la naissance des dieux, l’exposition propose une odyssée de 10 000 ans à la découverte des hommes, des cultures et des techniques qui ont contribué à façonner le monde d’aujourd’hui.

La présentation s’attache plus particulièrement à la « triade méditerranéenne » (céréales, vigne et olivier), à l’élevage et à la domestication de l’eau douce… Autant de problématiques qui, à l’heure de la démographie urbaine galopante, des bouleversements climatiques et de la réduction des ressources en eau, entrent en résonance avec les enjeux contemporains.

Commissaire : Edouard de Laubrie, responsable du pôle « Agriculture & Alimentation », Mucem
Comité scientifique : Jean-Paul Aeschlimann, agronome, Montpellier-Zeev Gourarier, directeur scientifique et des collections, Mucem-Christine Lorre, conservateur du patrimoine, musée d’Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye
Direction artistique, muséographie et scénographie, mandataire : Studio Adeline Rispal
Design et ingénierie multimédia : InnoVision
Design et ingénierie sonore : Diasonic
Eclairage muséographique : Licht Kunst Licht
Production des films : Film d’introduction L’oeil graphique, Label 42 studio : Mucem-Foyer des agricultures dans le monde et productions agricoles : Sabine Allard-Mare Nostrum Paysages méditerranéens : Les films du Soleil-Le voyage de la sakieh : Centre d’études Alexandrines-Threshing broadbean – battage des fèves : Patricia Anderson-PATREM : Dominique Bidaubayle, L’Omnibus : Samuel Keller et Mickael Zeilder, Protis-Tv : Philippe Houssin-Amour de pains : Dominique Czarny, Edouard de Laubrie – MNATP/Mucem

Avec le soutien de Domaines et Châteaux de Châteauneuf-du-Pape et la participation du Fonds épicurien.

Rue des Musées / Musée de la Rue : « Place à prendre, acte II »

Rue des Musées / Musée de la Rue : « Place à prendre, acte II » - Culture Expositions - Rétrospectives Sciences humaines et sociales Exposition - Musée d'Histoire de Marseille / Voie historique - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le projet « Rue du Musée // Musée de la rue » est né du traumatisme lié à l’effondrement des immeubles 63 et 65 de la rue d’Aubagne et de la crise humanitaire provoquée par les nombreux arrêtés de péril subis par la population du quartier de Noailles et ailleurs dans la ville, après le 5 novembre 2018.

L’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne a constitué un bouleversement majeur et une rupture historique et biographique brutale de l’histoire collective et de milliers d’histoires individuelles.

Après l’acte I « Prendre place » présenté au musée d’Histoire de Marseille depuis le 5 novembre 2021, l’acte II « Place à Prendre » marque le démarrage d’une collecte participative d’objets, de récits et d’œuvres d’habitants, voisins, délogés, enfants, collectifs, associations qui entreront au fonds patrimonial et citoyen constitué par Noailles Debout. Ce fonds sera valorisé et entretenu en partenariat avec le Musée d’Histoire de Marseille pour que l’Histoire se rappelle de l’histoire pour qu’elle ne se répète plus.

Vous avez été touché, mobilisé, concerné par l’effondrement des 63-65 de la rue d’Aubagne ? Vous avez des documents, traces, souvenirs et archives personnelles, familiales et/ou de voisinage ? Vous connaissez des personnes dont l’histoire mérite d’être partagée ? Vous avez été délogé et voudriez témoigner de votre expérience ? Vous avez pris part à l’élan de solidarité ou aux luttes liées au drame du 5 novembre et des délogements ?

Venez déposer, venez partager vos objets, vos souvenirs, vos enregistrements audio, vos photos, vos vidéos, vos témoignages, vos textes, vos rêves et même vos angoisses… tout ce que vous estimez important à verser au fonds patrimonial que Noailles Debout! constitue.

L’ensemble de ces preuves historiques et singulières sera présenté à partir du 5 novembre 2022 durant l’exposition évolutive « Place à prendre » (acte 2).

L’inauguration de cette exposition prend place dans le programme de la journée d’hommage du 5 novembre, constituée de plusieurs moments forts :

9h05 : hommage citoyen rendu aux victimes du 5 novembre (rue d’Aubagne), avec accueil autour d’un petit déjeuner à partager et début de la collecte participative.

10h30 : départ en cortège vers le Musée d’Histoire de Marseille
11h : Ouverture officielle de l’Acte II du projet « Rue des Musées, Musée de la rue » : « Place à Prendre »

Exposition des objets et des récits collectés d’habitants, délogés, enfants, collectifs, associations et collecte participative dans le Musée d’Histoire. Venez déposer vos objet, audio, vidéo, dessins, récits…jusqu’à 17h !
Lecture par l’auteur Michel Couartou d’un extrait de sa pièce « Maire Ubu ou La complainte des délogés ».

12h : Oniroscope (AJOURNÉ) dans l’Auditorium du Musée d’Histoire de Marseille : Tuia et Arianna de l’Arbre des Yeux recueillent nos expériences du sommeil, nos rêves et les mettent en scène en direct grâce à la technique du cinéma d’objets ! .
18h : Table-ronde « 4 ans après : où en est la lutte pour le logement digne ? » organisée par le Collectif du 5 Novembre, à la cantine de Coco Velten, suivie d’un apéro-concert.
Ressources pédagogiques

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Collection permanente du Musée des Docks romains

Collection permanente du Musée des Docks romains - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Sciences Archéologie Exposition - Musée des Docks Romains - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Marseille et la Mer dans l’Antiquité

Sur le Vieux-Port, à deux pas de l’Hôtel-de-Ville, le musée des Docks romains est un site de la Voie Historique. Associé au musée d’Histoire de Marseille, il s’ancre sur les vestiges conservés in situ d’un entrepôt portuaire situé en bordure de la principale artère de la cité antique.

Cet entrepôt était long d’une quarantaine de mètres et en fonction du Ier au IIIe s ap. J.-C.
Découvert en 1947 par l’archéologue Fernand Benoit dans les décombres de la ville dynamitée, cet entrepôt (horreum) est structuré sur de grandes jarres (a), appelées dolia, qui sont enfouies dans le sol et qui peuvent contenir chacune environ 1 800 litres de denrée (du vin probablement).

Sur la cinquantaine de jarres découvertes, seules 33 ont pu être conservées et l’ensemble est protégé en tant que Monument Historique depuis 1951. Dans l’Antiquité, le quartier semble avoir été équipé de plusieurs entrepôts de ce type.
Autour de ces vestiges sont présentées les découvertes sous-marines effectuées dans la rade de Marseille depuis l’invention de l’archéologie sous-marine en 1952 (fouilles au pied du récif du Grand Congloué) par Fernand Benoit et l’équipe du Commandant Cousteau.

Amphores, ancres, vaisselle de luxe, lampes, lingots, monnaies et épaves illustrent ainsi l’histoire antique des échanges de la plus ancienne ville de France.

Le musée permet aussi d’admirer deux objets majeurs dans l’histoire de l’archéologie nationale puisqu’il s’agit de l’une des premières mosaïques et de la première épave antique à avoir été déposées* en France. C’était en 1831 et en 1864.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Le grand Mezzé

Le grand Mezzé - Culture Expositions - Rétrospectives Gastronomie Historique Sciences Exposition - Musée des Civilisations d'Europe et Méditerranée - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La Galerie de la Méditerranée est l’espace d’expositions permanentes du Mucem. À partir de décembre 2020, sa première section accueille une nouvelle présentation :  » Le grand mezzé « .

Nous connaissons tous le slogan nous invitant à « manger cinq fruits et légumes par jour », mais qui sait que cette recommandation s’inspire du « régime crétois », aussi appelé « diète méditerranéenne » ? Ce concept, créé dans les années 1960 par l’épidémiologiste américain Ancel Keys, a été inscrit en 2010 par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, favorisant ainsi sa reconnaissance et sa mondialisation.

L’alimentation méditerranéenne est le fruit d’une construction qui s’est toujours enrichie d’apports extérieurs au cours de l’histoire. À l’heure où celle-ci est devenue un modèle globalisé, se pose aujourd’hui la question de la nécessaire réappropriation en Méditerranée de sa production comme de sa cuisine.
Comment définir et préserver une authenticité culinaire géographique et culturelle, tout en la partageant avec le plus grand nombre ? Comment protéger un régime alimentaire sans l’empêcher d’évoluer ? Comment rester perméable tout en restant authentique ? Pour le savoir, l’exposition « Le grand mezzé » nous mène du champ à l’assiette, et des savoir-faire culinaires traditionnels de Méditerranée aux chaînes de restaurants mondialisées.

À la manière d’un grand repas aux mets et aux saveurs variés,  » Le grand mezzé  » présente une sélection de 550 objets et documents patrimoniaux en provenance de 35 musées d’Europe et de Méditerranée, ainsi que 13 projets audiovisuels et 5 oeuvres inédites de Nicolas Boulard, Michel Blazy, Gerald de Viviès, Laurent Fiévet et Laurent Derobert, conçues spécialement pour ce parcours.

Commissariat : Edouard de Laubrie, chargé de Collections et de Recherches, responsable du pôle « Agriculture & Alimentation » Mucem – assisté de Lucas Gomez.

Avec le soutien d’un comité scientifique international

Scénographie : Christine Ilex Beinemeier, architecture et scénographie
Partenaire : Borges Tramier