Le Mauvais Œil 72 : Malgorzata Wielek & Magda Hueckel

Le Mauvais Œil 72 : Malgorzata Wielek & Magda Hueckel - Culture Expositions - Rétrospectives Dessin Exposition - Friche Belle de Mai - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Pour cette nouvelle édition de Mauvais œil, Pakito invite dans son atelier deux artistes polonaises pour une exposition de dessins : MAŁGORZATA WIELEK et MAGDA HUECKEL

L’exposition se déroule à la Galerie le Dernier Cri
Biographies :

Malgorzata Wielek est née en 1976 à Limanowa.
Dans les années 1997-2002, elle a étudié à l’Académie des Beaux-Arts de Cracovie à la Faculté de Peinture. En 2009, elle a soutenu sa thèse de doctorat « Badanie serca » .
Elle est peintre et a participé à plus de 100 expositions collectives et près de 40 expositions personnelles. Elle Dirige l’atelier de peinture Pracownia 16.

Plasticienne, photographe de théâtre, scénographe et voyageuse. Ses œuvres ont été exposées dans plusieurs dizaines d’expositions en Pologne et à l’étranger (notamment à la Tate Britain de Londres). Auteure des livres photo « Anima. Images d’Afrique 2005-2013 » et « HUECKEL / THEATRE » (nominations pour la publication photographique de l’année 2014 et 2016). Elle collabore avec Tomasz Śliwiński sur la réalisation cinématographique en tant que scénariste et directrice artistique. Leur film documentaire « Our Curse » a reçu une nomination aux Oscars et des dizaines de prix dans des festivals internationaux. Elle coopère constamment avec plus d’une douzaine de théâtres en Pologne. Doctorant à la Faculté des Arts de l’Université Pédagogique de Cracovie.

Exposition de portraits dessinés au stylo Bic par Chantal Darnis

Exposition de portraits dessinés au stylo Bic par Chantal Darnis - Culture Expositions - Rétrospectives Dessin Exposition - Galerie Ateliero - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Il s’agit d’une exposition de portraits dessinés au stylo Bic .L’artiste marseillaise Chantal DARNIS présente une série de portraits d’artistes et de personnages célèbres en utilisant la technique du stylo Bic. Elle expose en ce moment et jusqu’a la fin de l’année 2024 à la galerie Ateliero située à l’espace « la Rencontre des Talents »

Chantal DARNIS est une artiste marseillaise connue pour ces insectes à l’aquarelle et qui a publié plusieurs carnets de voyages et notamment une visite de Marseille par arrondissements .

Paréidolie

Paréidolie - Culture Foires, salons, marchés Expositions - Rétrospectives Foires et salons Art contemporain Dessin Exposition Foire ou salon - Galerie Château de Servières - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

PAREIDOLIE, salon international du dessin contemporain à Marseille, vous donne rendez-vous les vendredi 30, samedi 31 août et dimanche 1er septembre 2024 au Château de Servières.

Par son format volontairement court, intimiste et convivial, PARÉIDOLIE est devenu en quelques années l’un des salons qui comptent sur le marché, où la découverte est à la hauteur de la curiosité des regards, ou la contrainte de l’espace se transforme en exigence de qualité, ou collectionneurs, institutionnels et grand public ont plaisir à se retrouver à la fin de l’été et à l’orée d’une nouvelle saison artistique !

PARÉIDOLIE investit l’intégralité des murs du Château de Servières dans le 4e arrondissement de Marseille, un espace partagé entre les 16 galeries sélectionnées, les artistes et structures invités, les espaces librairie – débats – rencontre et bien sûr, un lieu pour se détendre, se rencontrer et se restaurer.

Nous avons l’honneur et le grand plaisir d’annoncer l’arrivée de Madame Catherine David – Historienne d’art et Commissaire d’expositions – à la présidence de notre comité artistique, aux côtés des autres personnalités qui nous accompagnent depuis de nombreuses années : Nicolas Daubanes, artiste | Thierry Forien, collectionneur et commissaire d’exposition | Josée Gensollen, collectionneuse | Laurent Godin, galeriste | Pascal Neveux, directeur du FRAC Picardie | Marine Pagès, artiste, co-fondatrice et co-rédactrice en chef de Roven, revue critique sur le dessin contemporain | Michèle Sylvander, artiste | Gérard Traquandi, artiste.

Les trois jours de Salon, ponctués d’un programme de rencontres, visites et débats sont également le temps de lancement de la Saison du Dessin qui se déploie tout l’automne dans les Musées de la Ville, au FRAC, et dans les sites partenaires à Marseille, sur l’arc méditerranéen.

Enfin, la poursuite des résidences croisées, dans le cadre de LA SAISON DU DESSIN NORD / SUD, entre le Château de Servières et le Frac Picardie – avec le soutien du Centre Culturel Léo Lagrange et d’Amiens Métropole, offre un temps de recherche et de production, suivi d’une restitution lors d’une exposition dans chacune des villes partenaires.

Paradis naturistes

Paradis naturistes - Culture Expositions - Rétrospectives Peinture Photographie Dessin Sciences humaines et sociales Exposition - Mucem - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Un nouvel engouement se manifeste depuis quelques années pour les pratiques de nudité dans la nature, engouement qui va de pair avec la recherche d’une alimentation saine, végétarienne, le recours aux thérapeutiques naturelles, à la méditation ou au yoga en plein air. Ces modes de vie, mais aussi le rejet des diktats qui pèsent sur nos corps, sont autant de clés de lectures contemporaines pour comprendre les enjeux des naturismes d’hier et d’aujourd’hui. La France est aujourd’hui la première destination touristique au monde pour les naturistes : son climat tempéré et la présence de trois mers ont facilité l’installation de véritables communautés, qui – excepté en Suisse – ont peu de véritables équivalents ailleurs en Europe, où le naturisme se pratique de manière plus libre, hors de communautés constituées. Mais d’autres raisons, historiques, culturelles, juridiques, expliquent la singularité et la longévité des communautés installées en France. Il était normal pour le Mucem, musée de société implanté à Marseille, cité méditerranéenne autour de laquelle plusieurs lieux naturistes importants se sont développés, de chercher à explorer ce phénomène de société singulier et fédérateur qu’est le naturisme, ou plutôt les naturismes, car ils sont pluriels.

Alors, vivre nu en communauté pour communier avec la nature serait-il le secret du bonheur et de la santé ? Naturisme et nudisme, est-ce la même chose ? Pourquoi et comment la France est-elle devenue ce « paradis naturiste » ?

L’exposition « Paradis naturistes » se propose de partir à la découverte des tous premiers naturismes, allemands et suisses, puis français, de rentrer dans l’histoire des communautés naturistes pionnières, qui s’implantèrent en France et en Suisse dès les années 1920 mais aussi de découvrir comment se vit et se pratique le naturisme aujourd’hui.

Dans une scénographie solaire conçue par l’agence lyonnaise Trafik, l’exposition réunit 600 items : photographies, films, revues, objets quotidiens mais aussi peintures, dessins, livres, estampes et sculptures.

Ils sont issus des archives des communautés, de collections privées et publiques françaises et suisses, parmi lesquelles : le Musée National d’Art Moderne MNAM/CCI Centre Pompidou, le musée du Louvre, la Bibliothèque Nationale de France, le musée Bourdelle, le musée des Beaux-Arts de Rennes, le musée de l’Éphèbe et d’archéologie sous-marine d’Adge, le musée des Beaux-Arts de Dole, la cinémathèque de Paris, l’INA, les archives départementales des Yvelines, les archives municipales d’Agde, le syndicat d’administration d’Heliopolis – Île du Levant, la Fondation Henri Cartier-Bresson, la galerie Georges-Philippe et Nathalie Vallois, la Bibliothèque Nationale Suisse à Bern, le Bündner Kunstmuseum à Chur, la cinémathèque de Bern, la Fondazione Monte Verita à Ascona.

Commissariat :
– Amélie Lavin, conservatrice en chef au Mucem, responsable du pôle Corps, apparences, sexualités.
– Bernard Andrieu, philosophe, professeur au sein de l’Institut des Sciences du Sport et de la Santé de Paris, Université Paris Cité.
– David Lorenté, ingénieur des systèmes et techniques audiovisuels et multimédia à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et doctorant, Université Paris Cité.
– Jean-Pierre Blanc, directeur de la Villa Noailles.

Commissaires associés :
– Julie Liger, directrice adjointe de la Villa Noailles.
– Thomas Lequeu, associé à la direction artistique pour la Villa Noailles.

Scénographie : agence Trafik

Collections permanentes du Musée des Beaux-Arts

Collections permanentes du Musée des Beaux-Arts - Culture Expositions - Rétrospectives Dessin Peinture Sculpture Exposition - Musée des Beaux-Arts - (MBA) - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Musée des Beaux-Arts de Marseille est un des quinze premiers musées créés en France par le Consulat en 1801. Il est installé depuis 1869 dans l’aile gauche du Palais Lonchamp et présente des œuvres du XVIe au XIXe siècles.

Le Musée des Beaux-Arts de Marseille présente des peintures et sculptures, italiennes, françaises, flamandes et hollandaises, du XVIe au XIXe siècles.

Les oeuvres de Lavinia Fontana, Guerchin, Lanfranco, Pannini et Tiepolo, illustrent l’évolution de la peinture en Italie de la fin de la renaissance au XVIIIe siècle.

Les écoles du Nord sont représentées par des tableaux de Jordaens, Stomer, et la Chasse au sanglier, chef-d’oeuvre de Rubens. Les tableaux de Champaigne, Vouet, Lesueur témoignent du renouveau de la peinture française pendant le règne de Louis XIII et ceux de Nattier, Vernet, Greuze, Hubert Robert ou David, du triomphe de l’école française au siècle des Lumières.

Une des caractéristiques de la collection du musée des Beaux-Arts est de témoigner du dynamisme des arts en Provence du XVIIe et XVIIIe siècles. Les oeuvres du peintre Louis Finson, ami de Caravage, de Jean Daret, Nicolas Mignard ou Michel Serre rappellent combien la Provence a su, durant deux siècles, attirer et retenir les artistes de l’Europe du Nord et du Sud.

Un exceptionnel ensemble de peintures, sculptures et dessins du plus grand artiste baroque français, Pierre Puget, né à Marseille en 1620 et mort dans cette même ville en 1694, après avoir mené une brillante carrière entre la France et l’Italie, est la parfaite illustration de cet heureux mélange des influences artistiques en Provence.

L’École française du XIXe siècle est également l’un des temps forts de la collection permanente. Aux côtés des plus grands maîtres, Courbet, Corot, Daubigny, Millet et Puvis de Chavannes, figurent les représentants de l’école de Marseille comme Loubon, Guigou, ou Ziem qui vont imposer leur vision originale des paysages lumineux du Midi.

La Voix intérieure, chef-d’oeuvre de Rodin, donné par le sculpteur au musée, les bustes des célébrités du Juste Milieu ou le Ratapoil de Daumier, sont les oeuvres les plus célèbres de la galerie de sculpture du XIXe siècle.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site des musées