Brother Dege + Pearly Arrows

Brother Dege + Pearly Arrows - Culture Concerts - Opéras - Soirées Jazz et blues Rock Country Concert - Le Molotov - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Au programme de la soirée

• Brother Dege
[New Country / Delta Blues – USA]

Si vous faites le voyage jusqu’en Louisiane, vous ne repartirez pas le même que vous étiez… Quand on écoute Brother Dege, on respire pratiquement l’air de la forêt, on tombe sous le charme du marais et on fait la connaissance des fantômes du Delta.

Se matérialisant à la croisée des chemins entre le rock’n’roll, le folk, l’Americana et le psychédélique, le troubadour nominé aux Grammy® Awards concentre l’essence de son pays d’origine dans ses cordes de guitare bourdonnante, un voile d’absinthe, une voix nue et une poésie imbibée de sang. Son amour pour les classiques des années 70 et 80 se transforme en une version tordue du rock sudiste du 21e siècle. Après avoir discrètement généré des dizaines de millions de streams, avoir été largement acclamé et s’être taillé une place dans l’histoire de la culture pop avec une collaboration avec nul autre que Quentin Tarantino, Dege aspire tout le monde dans son monde sur son sixième album, Aurora.

• Pearly Arrows (live acoustique)
[Southern Rock – FR]
C’est la musique américaine qui berça dès leur plus jeune âge les membres de Pearly Arrows. Le blues, la country, le rock et la musique folk sont donc naturellement les influences majeures de leur toute première démo.
C’est en hommage à la musique des groupes tels que le Allman Brothers Band, Lynyrd Skynyrd ou Blackberry Smoke que Pearly Arrows emploie tous les codes du Southern Rock. Les solos à deux guitares sur du Boogie Rock dansant finissant par des jams instrumentaux sont monnaie courante dans ses compositions et lors de ses concerts.
Fan de matos et de sonorités vintages, les guitares américaines sont branchées dans des amplis anglais tel que le veut la tradition… Quoi que, que sonne plus américain qu’une Pedal Steel branchée dans un Fender Twin Reverb !?
Pearly Arrows veut, lors de ses concerts, faire voyager l’auditeur au travers du Deep South des États Unis au travers de sa riche culture musicale.

Mathis Haug & Benoît Nogaret

Mathis Haug & Benoît Nogaret - Culture Concerts - Opéras - Soirées Jazz et blues Country Concert - La Mesón - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Mathis Haug & Benoît Nogaret : il était une fois l’Amérique !

Quand deux musiciens européens bourrés de talent revisitent les sons blues, folk, country de l’Amérique profonde, pour leur redonner une dimension universelle. Attention, ça groove. Vous pensiez connaître la musique traditionnelle américaine, celle des grands espaces, des routes sans fin où l’on troque, parfois, son âme contre une guitare ? Pourtant, vous n’avez pas tout entendu. Depuis qu’ils se sont rencontrés, sur la quête de ces sons éternels – blues, bluegrass, folk et country – qui ont fait l’Amérique d’aujourd’hui, Benoît Nogaret et Mathis Haug ont crée un duo d’exception.

Le premier, Mathis, est un incontournable de la scène blues. Voix sublime, au grain baroudeur, ce musicien allemand a joué avec Manoukian, Milteau, Emily Loizeau et signé des albums de référence (Playing my dues, Wild country, Memphis sessions…) Le second, Benoît, est un guitariste hors pair. Né dans le rock 70s, aimanté depuis, parce folk-blues qui électrise ses doigts, il a d’abord bûché comme un fou pour acquérir une technique redoutable, tout en assurant son premier métier (facteur). Avant de tout lâcher pour rejoindre Mathis sur la route, guitare en bandoulière.

Dingues de ces sons d’antan, de Big Bill Broonzy à Ralph Stanley, ils ont tous deux jeté leur dévolu sur une légende de la tradition orale américaine : un vieux musicien aveugle du nom de Doc Watson. Ils ont revisité son répertoire, de Deep river blue à Little Sadie, marché sur ses traces en Caroline du Nord et réussi à créer un son unique, à eux, salué par les compagnons du Doc et le public américain et enrichi de leurs propres compos.

Le résultat est captivant. Car au-delà du dialogue à deux guitares (tantôt profond, léger, dansant, virtuose), une voix (terrible), voire un harmonica, c’est cet esprit de melting-pot que Mathis Haug et Benoît Nogaret réussissent à raviver. L’idée que blues, country, folk et bluegrass sont tous issus d’une même souche, brisant ainsi les vieux stéréotypes : le blues joué par les musiciens noirs, la country adulée par les blancs conservateurs. Un voyage aux accents universalistes, dans une Amérique profonde sublimée par des musiciens européens bourrés de groove et de talent.