Forum sur les formations et métiers du sport

Notre territoire accueille des compétitions des Jeux Olympiques 2024 : c’est une belle occasion de promouvoir le sport et de faire connaître les filières professionnelles du secteur.

Forum sur les formations et métiers du sport dès 14h, ouvert à tous, dans les locaux de l’Accélérateur de l’Emploi.

Puis de 18h à 20h conférence en salle des séances plénières, réservée au Mouvement Sportif, sur inscription en ligne
Interventions et échanges sur :
– les enjeux de la professionnalisation (pourquoi?)
– les outils et leviers de la professionnalisation (comment ?)

La sociologue et l’ourson

La sociologue et l’ourson - Culture Conférences - Débats Projections Conférence / Débat / Rencontre Séance / Projection cinéma - Cinéma Les Variétés - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dès 13 ans

 » Le choix de la sociologie est une façon de dire : « je parlerai de tout sauf de moi ». Or, le film m’a fait découvrir une partie de ma réflexion que j’ignorais.  » Irène Théry

UN FILM D’ÉTIENNE CHAILLOU & MATHIAS THÉRY, SUIVI D’UNE RENCONTRE AVEC IRÈNE THÉRY

De septembre 2012 à mai 2013, la France s’enflamme sur le projet de loi du Mariage pour tous·tes. Pendant ces neuf mois de gestation législative, la sociologue Irène Théry raconte à son fils les enjeux du débat. De ces récits naît un cinéma d’ours en peluche, de jouets, de bouts de cartons. Portrait intime et feuilleton national, ce film nous fait redécouvrir ce que nous pensions tous·tes connaître parfaitement : la famille.

La projection sera suivie d’un temps d’échange avec Irène Théry.

Irène Théry est sociologue, directrice d’études émérite à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Spécialisée dans la sociologie du droit, de la famille et de la vie privée, elle travaille sur les transformations contemporaines des liens entre les sexes et les générations.

Violences ordinaires : quand la sociologie rencontre le cinéma

Violences ordinaires : quand la sociologie rencontre le cinéma - Culture Conférences - Débats Projections Conférence / Débat / Rencontre Séance / Projection cinéma - Cinéma Les Variétés - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dès 16 ans

 » Les grandes œuvres de cinéma ou de littérature sont pour nous, sociologues, des guides précieux, qui nous disent quelque chose d’essentiel pour notre propre façon de conduire nos recherches.  »

UNE CONFÉRENCE D’IRÈNE THÉRY SUIVIE D’UNE PROJECTION DU FILM DISTANT VOICES, STILL LIVES

Distant Voices, Still Lives est considéré comme l’un des plus grands films britanniques de tous les temps. Son sujet est en apparence très simple : l’évocation de la vie d’une famille ordinaire de la classe ouvrière à Liverpool, entre la Seconde Guerre mondiale et les années soixante. Et pourtant, il nous saisit, tant par sa façon d’attraper au vol les bonheurs simples de l’enfance que parce qu’il donne à voir, comme jamais avant lui, les violences ordinaires les plus sordides.

Qu’aurait la sociologie à apprendre de l’art ? En partant de l’exemple de Distant Voices, Still Lives, film qui porte justement sur mon thème de travail – les transformations de la famille et l’égalité des sexes –, je propose de partager quelques-unes des leçons sociologiques que j’ai tirées de mon amour des grandes œuvres de fiction. Irène Théry

Cette conférence introductive d’Irène Théry sera suivie par la projection du film Distant Voices, Still Lives réalisé par Terence Davies (1988).

Dans les années 1950, à Liverpool, une famille se prépare pour le mariage de Eileen, la fille aînée. Cette cérémonie est l’occasion pour la fratrie de se souvenir de leur père, personnage violent et froid qui faisait preuve ponctuellement d’amour pour ses enfants. Au fil du temps, les deux autres enfants du foyer se marient également. Leur existence est alors rythmée par les souvenirs de leur jeunesse.

Les Tables rondes de la Jeunesse – Place aux jeunes

Les Tables rondes de la Jeunesse – Place aux jeunes - Culture Conférences - Débats Sciences humaines et sociales Conférence / Débat / Rencontre - La Maison pour Tous / Centre social Romain Rolland St-Tronc - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dans le cadre de sa politique envers les 12-30 ans, la Ville de Marseille a initié les Tables rondes de la Jeunesse, des temps d’échange pour favoriser la rencontre, l’information et le partage de savoirs en donnant toute la parole et la place aux jeunes et aux différents acteurs locaux qui contribuent, par leurs actions, à leur mieux-être et à leur valorisation.

Ces tables rondes sont organisées dans chaque secteur municipal. Les premières sessions ont eu lieu en décembre 2023 dans le 3e arrondissement puis début février 2024 dans le 13e arrondissement.

La prochaine session se déroule les mardi 20 et mercredi 21 février – de 15h à 19h – à la Maison pour Tous / Centre social Romain Rolland St-Tronc (10e).

Nous vous y attendons nombreuses et nombreux !

Renseignements éventuels auprès de Direction de l’Animation Éducative et de la Jeunesse de la Ville de Marseille (DAEJ) au 04 91 55 46 95.

A la rencontre de l’art flamenco

A la rencontre de l’art flamenco - Culture Tous les autres évènements Conférences - Débats Et sinon… Flamenco Conférence / Débat / Rencontre Démonstration - Centre Soléa - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Pour une approche intellectuelle, sensorielle et émotionnelle de l’art flamenco.

Programme

• 14h00 : Conférence
« A la rencontre de l’art flamenco »
La directrice du festival se fera une joie de partager quelques connaissances basiques pour comprendre le phénomène de l’art flamenco : origines, grandes étapes, figures emblématiques, influences…
Une conférence illustrée et interactive, menée de main de maître avec humour et dynamisme.

• 15h30 > 17h00 : Atelier d’initiation
Puis ce sera l’heure de s’essayer à la danse et aux palmas (frappes de mains) pour ressentir dans le corps, les théories expliquées pendant la conférence.
Là encore, l’énergie et surtout la patience de « la Maestra », feront des miracles. Et à l’issue de cet atelier, vous aurez réussi à mémoriser un petit enchainement et à l’interpréter avec grand plaisir en étant connectés à vos sensations auditives et gestuelles.

Activités gratuites dans la limite des places disponible.
Participation a chapeau.
Inscription nécessaire au 06 14 55 54 52 ou par mail : contact@centresolea.org

Conférence grand public des Mercredis d’Endoume

Conférence grand public des Mercredis d’Endoume - Culture Conférences - Débats Sciences Conférence / Débat / Rencontre - Station Marine d'Endoume centre d'océanologie - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Christophe Robaglia, enseignant chercheur à Aix- Marseille Université nous propose une conférence intitulée « Photosynthèse et photosymbioses: source de l’énergie du monde vivant ».

En présentiel à la station marine d’Endoume ou en direct live sur en direct live à partir de 19h sur https: //tv.imbe.fr/les-mercredis-dendoume,

Allô, sapiens ?

Allô, sapiens ? - Culture Conférences - Débats Conférence / Débat / Rencontre - Bibliothèque Alcazar BMVR - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dès 15 ans

« Il s’agirait de relier deux lieux singuliers, deux traces laissées par des Sapiens à d’autres Sapiens. » Le Droit du sol

UNE RENCONTRE CROISÉE ENTRE ÉTIENNE DAVODEAU & VALÉRIE BRUNETIÈRE

Valérie Brunetière – Du sud-ouest vers le nord-est, du passé vers le futur, tu as marché-dessiné, arpentant cette diagonale qu’on disait « du vide », pourtant pleine de signes et de sens, et vivante de gens. Alors tu t’es dit : « On sait comment le mammouth de Pech Merle a été dessiné par nos lointain·es ancêtres, mais on ne sait pas réellement pourquoi. C’est exactement l’inverse pour Bure : on sait pourquoi le projet Cigéo prévoit de creuser la terre et d’y enfouir des déchets nucléaires, mais on n’a pas encore trouvé comment signaler leur présence aux générations futures dans des centaines de millénaires. » Alors tu es venu me voir, curieux de savoir ce qu’une sémiologue pouvait envisager comme solution, comme signes à laisser à travers les âges. 100 000 ans, c’est un peu vertigineux… J’ai répondu : « C’est pas gagné. »

Étienne Davodeau – C’est ainsi que tu as fait irruption dans Le Droit du sol, marchant à mes côtés sur le sentier. « Pas gagné » peut-être, mais tout à fait passionnant. Deux ans et demi après la publication de mon livre, ton témoignage est celui dont on me parle le plus. C’est aussi pour ça que j’aime pratiquer la bande dessinée de non-fiction : porter la parole qui éclaire.
Valérie Brunetière est linguiste et sémiologue à l’université Paris-Cité ; elle s’intéresse depuis longtemps aux enjeux sociaux des problèmes écologiques.
Étienne Davodeau est auteur de bande dessinée. Il pratique la non-fiction et la fiction. En 2021, il a publié Le Droit du sol, récit d’une marche entre la grotte de Pech Merle et le village de Bure.

Illustration © Le Droit du sol, Étienne Davodeau, Futuropolis, 2021.

Sciences-fictions du réel

Sciences-fictions du réel - Culture Conférences - Débats Spectacles - Cirques Lecture Conférence / Débat / Rencontre Spectacle - Théâtre de l'Oeuvre - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Dès 15 ans
Rencontre et lecture

Ce qui m’intéresse, c’est de restituer la manière dont nos paysages intimes se transforment au contact du merveilleux et du sublime. « Sabrina Calvo

UNE RENCONTRE AVEC HÉLOÏSE BRÉZILLON, SABRINA CALVO ET ALAIN DAMASIO ACCOMPAGNÉE D’UNE LECTURE PERFORMÉE

Science-fiction et monde réel : deux univers que tout semblerait opposer… Et pourtant. Par l’accentuation, par le décentrement, par le renversement, la science-fiction nous offre un prisme redoutable pour penser nos présents, éprouver d’autres futurs, dessiner des chemins de traverse. Mais que peut véritablement la science-fiction pour le réel ? Qu’attendre d’elle ?

Trois auteur·ices se rencontrent autour de cette question. Héloïse Brézillon, Sabrina Calvo, Alain Damasio. Trois auteur·ices, performeur·euses, pour qui la science-fiction n’est jamais une fabrique de mondes utopiques, mais un lieu de transformation des possibles.

Héloïse Brézillon est poétesse, autrice de science-fiction et doctorante en pratique et théorie de la création artistique. Au travers de sa thèse en recherche-création, elle explore les liens qui se tissent entre science-fiction, poésie et son.

Sabrina Calvo, née à Marseille, est écrivaine et plasticienne. Elle façonne des mondes oniriques et révolutionnaires, explorant l’intimité de nos affects contemporains.

Alain Damasio est écrivain de science-fiction et typoète. Ses romans et nouvelles se construisent autour de récits d’anticipation et de prototypes de sociétés possibles, terriblement adressés au monde présent.

Déroulé de la soirée

18h · Restitution publique de l’atelier d’écriture « Imaginer le(s) futur(s) » mené par les trois auteur·ices auprès d’un groupe de participant·es (voir ci-contre).
19h · Apéro-dédicace.
20h · Rencontre & lecture performée.

Distribution

· Lecture-performance Benjamin Mayet – Dire-Théâtre · Création sonore ZeroDrop · Illustration © Luderwan

Marcel Roncayolo , une trajectoire

Marcel Roncayolo , une trajectoire - Culture Conférences - Débats Historique Conférence / Débat / Rencontre - Musée d'Histoire de Marseille - (MHM) et Centre de la Vieille Charité - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

La parution récente du livre Marcel Roncayolo sur les pas d’un géographe singulier sous la direction de Laurent Coudroy de Lille, Jacques Brun, Guy Burgel, Gilles Montigny, Marie-Vic Ozouf-Marignier (éditions parenthèses, 2023), est l’occasion de revenir sur le parcours de Marcel Roncayolo (1926-2018), géographe et penseur originaire de Marseille, dont les travaux ont marqué un demi siècle de recherche sur Marseille et sur la ville en général.

Événement co-organisé par le musée d’Histoire de Marseille, les musées de Marseille, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, en partenariat avec Image de Ville, l’école d’Urbanisme de Paris, l’Institut Méditerranéen de la Ville et des Territoires, la Maison de l’Architecture et de la Ville PACA, les Éditions Parenthèses.

Tables-rondes

• De 14h à 17h : Marcel Roncayolo, Études et grammaires urbaines
Salle Le Miroir, Centre de la Vieille Charité
Avec la participation de Eleonora Canepari, directrice d’études à l’EHESS (Marseille), laboratoire CeRCLEs, Jean Boutier , directeur d’études a l’EHESS (Marseille), laboratoire CeRCLEs, Marie-Vic Ozouf, directrice d’études a l’EHESS-Laboratoire Géographie cités, René Borruey, professeur, ENSA-Marseille, directeur du laboratoire INAMA, Gilles Montigny, associé au laboratoire Géographie cités, Anton Paumelle, ATER à l’Université de Nanterre, doctorant à l’EHESS

• De 18h à 20h : « Le laboratoire marseillais » de Marcel Roncayolo
Auditorium du musée d’Histoire de Marseille
Avec les interventions d’Isabelle Chesneau, maître de conférences en sciences humaines et sociales, école d’architecture Paris-Malaquais-laboratoire AUS, Julien Dario, docteur en géographie, université Aix-Marseille, Guy Burgel, professeur émérite de géographie urbaine, université Paris 10-Nanterre, Jacques Brun, professeur honoraire de géographie, université Paris 1-École Normale Supérieure, Sophie Bertran de Balanda, architecte

Modération assurée par Laurent Coudroy de Lille, maître de conférences, École d’urbanisme de Paris, membre du laboratoire Lab’urba et président de la Société française d’histoire urbaine

Autour de captation audiovisuelles de Marcel Roncayolo, nous échangerons sur le « laboratoire » d’observations et de connaissances que constitue Marseille pour le chercheur.

En accès libre, sans réservation, dans la limite des places disponibles

Marseille au XVIIIe siècle : le goût de l’Asie

Marseille au XVIIIe siècle : le goût de l’Asie - Culture Conférences - Débats Historique Conférence / Débat / Rencontre - Musée d'Histoire de Marseille - (MHM) - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Une conférence à deux voix pour évoquer le développement considérable des échanges avec l’Asie au XVIIIe siècle, illustrée à travers l’exemple significatif du commerce des indiennes.

• Première partie : Au XVIIIe siècle, Marseille devient « la porte de l’Orient » par Gilbert Buti
Le « goût de l’Asie » a atteint très tôt Marseille par voies méditerranéennes : apports de produits asiatiques par des marchands italiens et prises directes sur les marchés des Échelles du Levant. Pour contourner l’intermédiaire levantin et s’approvisionner « à la source », des Marseillais ont songé au XVIIIe siècle à développer des liaisons terrestres à travers le monde ottoman. Mais, outre les difficultés de l’entreprise, passer des Échelles du Levant aux « Échelles de l’Inde » se heurte au monopole qu’exerce la Compagnie des Indes orientales sur l’océan Indien. La suspension de celui-ci en 1769 ouvre pour plusieurs décennies à de puissants négociants marseillais la route maritime vers l’Asie. Les nombreux armements vers les Indes et la Chine de navires des maisons Audibert, Rabaud, Seimandy ou Hugues, font de Marseille la « porte de l’Orient », un siècle avant la fameuse représentation de Puvis de Chavannes (1869).

• Deuxième partie : Du Levant à Marseille, les indiennes au cœur de la Provence au 18e siècle par Aziza Gril-Mariotte
Marseille, port tourné vers l’Orient, a joué un rôle primordial dans l’arrivée en Europe des premières toiles imprimées de motifs colorés dès la fin du 16e siècle. Le statut de port franc de la ville lui permet d’échapper au régime de prohibition, imposé à ces étoffes dès 1686, favorisant l’installation de manufactures d’indiennes à « l’imitation du Levant », durant la première moitié du 18e siècle. La fin de la prohibition en 1759 permet le développement des manufactures, en particulier celle fondée à Orange par un fabricant Suisse qui a œuvré à Marseille. Cette histoire industrielle est aussi une aventure artistique où modèle indien et goût français vont former un vocabulaire artistique spécifique à la Provence.
En lien avec l’exposition L’Asie fantasmée, Histoires d’exotisme dans les arts décoratifs en Provence aux XVIIIe et XIXe siècles au Musée des Arts décoratifs de la Faïence et de la Mode – Château Borély

Par Gilbert Buti, professeur émérite d’histoire moderne à l’Université d’Aix Marseille et chercheur au CNRS – Laboratoire TELEMMe. et Aziza Gril Mariotte, directrice générale du Musée des tissus de Lyon et Professeur des universités en histoire de l’art Aix-Marseille université et chercheur à l’UMR TELEMMe.

Dans le cadre des « Mardis de l’histoire ».