Le par­cours­ muséographique du Musée d’Histoire de Marseille

Le par­cours­ muséographique du Musée d’Histoire de Marseille - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Sciences Archéologie Exposition - Musée d'Histoire de Marseille - (MHM) - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Nous sommes désolés pour ce désagrément mais le Musée d’Histoire de Marseille est fermé jusqu’à nouvel ordre ». Le Port Antique reste ouvert.

Un musée d’Histoire pour un patrimoine vivant :

Marseille se dote d’un musée d’Histoire en 1983. Véritable musée de site, il s’inscrit pleinement dans les aménagements du Centre Bourse dont le chantier permit aux archéologues de mettre au jour entre 1967 et 1983 les vestiges monumentaux de la cité grecque et romaine. Conservés in situ, ces vestiges forment une introduction idéale à la visite du musée.

En 2013, le Musée d’Histoire de Marseille rouvre ses portes dans un tout nouveau parcours muséographique, didactique et numérique, allant de la Préhistoire à nos jours. Cet ensemble patrimonial, musée et site, offre au public des clés de lecture pour comprendre la ville d’aujourd’hui et son évolution.

UN MUSÉE D’HISTOIRE, UN MUSÉE DE VILLE

Musée moderne et accessible à tous, il propose une offre culturelle innovante et pédagogique. Les dispositifs multimédia présents dans le musée, sur le site archéologique de la Bourse et à travers la ville – le long de l’ancienne voie grecque jusqu’au fort Saint-Jean – permettent aux visiteurs de partir à la rencontre de Marseille et de ses habitants d’hier et d’aujourd’hui. Les effets de la réalité augmentée, les reconstitutions en 3D, les ambiances sonores permettent d’embarquer dans une grande machine à voyager dans le temps.

2 600 ANS D’HISTOIRE EN 13 SÉQUENCES

Le parcours muséographique s’appuie sur deux idées fortes : Marseille est la plus ancienne ville de France et c’est une ville portuaire ouverte sur la mer Méditerranée. Partant de ces deux évidences, le visiteur découvre l’histoire de la ville grâce à un fil d’Ariane maritime reliant treize séquences chronologiques, des premières occupations préhistoriques aux développements urbains contemporains.

Exposition virtuelle – Big Bang Bourse

Un parcours historique et ludique géolocalisé au coeur de Marseille, accessible gratuitement avec votre smartphone

Embarquez avec l’archéonaute pour un voyage insolite au coeur de Marseille et découvrez l’histoire incroyable du quartier de la Bourse, de l’Antiquité à nos jours.

Le quartier dit « de derrière la Bourse », aujourd’hui disparu, était délimité par le Cours Belsunce à l’est, La Canebière au sud, la rue de la République à l’ouest et la rue Colbert au nord.
Son histoire est marquée par plusieurs événements, qui ont bouleversé sa physionomie, depuis le percement de la rue Impériale en 1862 (actuelle rue de la République) jusqu’à sa totale destruction à la fin des années 1930.

Plongez dans un récit original et parcourez plus de 30 contenus audiovisuels en déambulant dans les rues du quartier de la Bourse.

Interviews, fictions, archives, témoignages, récits…
Application web réalisée par Tabasco Vidéo en partenariat avec le musée d’Histoire. Accessible sur https://bigbangbourse.com

Infos pratiques :

Pour profiter de cette expérience in-situ dans les meilleures conditions, vérifiez que la batterie de votre téléphone est chargée, que vous avez des datas en 4G, et munissez-vous d’un casque audio.

Vous pouvez naviguer librement dans les contenus ou choisir de les découvrir dans le sens du récit. Le point de départ se situe alors sur la Canebière devant le Palais de la Bourse.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite.

► Le Musée d’Histoire de Marseille dispose d’un centre de documentation.
Uniquement sur rendez-vous par mail : documentation-mhm@marseille.fr et au 04 91 55 36 20.
[Fermeture exceptionnelle du Centre de documentation jusqu’au 13 septembre 2022]

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Collection permanente du Musée des Docks romains

Collection permanente du Musée des Docks romains - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Sciences Archéologie Exposition - Musée des Docks Romains - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Marseille et la Mer dans l’Antiquité

Sur le Vieux-Port, à deux pas de l’Hôtel-de-Ville, le musée des Docks romains est un site de la Voie Historique. Associé au musée d’Histoire de Marseille, il s’ancre sur les vestiges conservés in situ d’un entrepôt portuaire situé en bordure de la principale artère de la cité antique.

Cet entrepôt était long d’une quarantaine de mètres et en fonction du Ier au IIIe s ap. J.-C.
Découvert en 1947 par l’archéologue Fernand Benoit dans les décombres de la ville dynamitée, cet entrepôt (horreum) est structuré sur de grandes jarres (a), appelées dolia, qui sont enfouies dans le sol et qui peuvent contenir chacune environ 1 800 litres de denrée (du vin probablement).

Sur la cinquantaine de jarres découvertes, seules 33 ont pu être conservées et l’ensemble est protégé en tant que Monument Historique depuis 1951. Dans l’Antiquité, le quartier semble avoir été équipé de plusieurs entrepôts de ce type.
Autour de ces vestiges sont présentées les découvertes sous-marines effectuées dans la rade de Marseille depuis l’invention de l’archéologie sous-marine en 1952 (fouilles au pied du récif du Grand Congloué) par Fernand Benoit et l’équipe du Commandant Cousteau.

Amphores, ancres, vaisselle de luxe, lampes, lingots, monnaies et épaves illustrent ainsi l’histoire antique des échanges de la plus ancienne ville de France.

Le musée permet aussi d’admirer deux objets majeurs dans l’histoire de l’archéologie nationale puisqu’il s’agit de l’une des premières mosaïques et de la première épave antique à avoir été déposées* en France. C’était en 1831 et en 1864.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Collections permanentes du Musée d’Archéologie Méditerranéenne

Collections permanentes du Musée d’Archéologie Méditerranéenne - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Sciences Archéologie Exposition - Musée d'Archéologie Méditerranéenne - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Musée d’Archéologie Méditerranéenne accueille deux collections majeures : le département d’égyptologie, premier de France après le Louvre et la nouveau département des civilisations du proche orient et du bassin méditerranéen.

La présentation dans un nouvel écrin, du département des civilisations antiques du bassin méditerranéen, valorise prés de 800 objets du Musée d’Archéologie Méditerranéenne et propose un nouveau discours et de nouvelles hypothèses.

Le visiteur est convié à un fascinant voyage de prés de six mille ans, une histoire qui part du Proche-Orient et qui traverse tout le pourtour méditerranéen.

Des inventions majeures pour l’homme ont vu le jour dans cette partie géographique du monde. Des progrès techniques et des savoir-faire encore utilisés par l’homme aujourd’hui ont été mis au point, toujours dans ce même périmètre. Comment faire le lien entre tous ces objets ? Comment dérouler leur histoire, pour mieux les comprendre et les admirer ? C’est un parcours à double lecture auquel le visiteur est convié.

Grâce à des espaces expliquant les diverses invention et techniques (l’écriture, le verre, les alliages cuivreux…) ponctuant la visite, il est possible d’envisager l’histoire artistique de l’objet, de le contextualiser, de le socialiser et de mieux comprendre les besoins et les contraintes des artisans et des techniciens qui l’ont réalisé. Les croyances et la ferveur, qui animaient ces femmes et hommes, se sont au fil des siècles, mêlées, séparées parfois, avec toujours l’espoir de progresser et d’avancer pour vivre mieux au sein d’un groupe, dans une société.

Des focus thématiques sur plusieurs savoir-faire antiques, les τέχναι (technaï), sont proposés au visiteur pour qu’il puisse apprécier de lui-même la maîtrise technique des artisans de l’époque et dans bien des cas, la prouesse dont relèvent certaines créations.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr

Objets migrateurs

Objets migrateurs - Culture Expositions - Rétrospectives Historique Archéologie Sciences humaines et sociales Exposition - Centre de La Vieille Charité - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Une mémoire vivante, « Objets migrateurs. Trésors sous influences »

C’est l’exposition de l’année ! « Objets migrateurs. Trésors sous influences » au Centre de la Vieille Charité, du 8 avril au 16 octobre, questionne la notion de migration au sens large. Objets qui traversent les usages et les siècles mais aussi hommes et femmes migrants. On scrute aussi la vocation du musée à travers les âges : quel est le parcours d’un objet avant d’être mis en vitrine ?

Objets détournés, dévoyés, époques différentes juxtaposées récits de migrants, l’exposition illustre un message adressé aux visiteurs : comprendre la richesse du dialogue avec l’autre.

L’ACCUEIL ET LE DEVENIR DE L’OBJET

Dans chaque espace, les parcours d’objets – vase grec, buste antique, crâne mixtèque remontant au Xe siècle avant J-C, jouet en tongs recyclées – posent la question de son statut : utilitaire, curieux, à valeur patrimoniale ?

De la fabrication de l’objet à sa mise en vitrine, quelle a été sa mutation ? D’où vient-il ? Qu’est-ce qu’une collection de musée ? Ainsi, l’exposition aborde les notions de spoliation, de restitution, de copie. « Nous mettons en évidence toutes les transformations qu’un objet vit au travers des migrations, notamment les notions de copie, de vrai, de faux. Sachant que dès l’Antiquité, des faux circulent ! Les Étrusques ont copié des vases grecs, très prisés par leur peuple. Il existe également des « faux vrais » au sein des musées aujourd’hui », détaille Muriel Garsson, conservateur, directrice du Musée d’Archéologie méditerranéenne et co-commissaire de l’exposition.

On découvre les traces que laissent les objets dans la mémoire collective : saviez-vous que la coupe de la Champions League gagnée par l’Olympique de Marseille en 1993 est directement inspirée de coupes antiques, données aux vainqueurs de compétitions au VIe siècle avant J-C ?

Voyages d’hier et d’aujourd’hui : le public constatera le parallèle entre le personnage d’Ulysse, grand voyageur, peint sur une céramique antique et « l’écoboat » immense bateau entièrement fabriqué en bouteilles de plastique recyclées, réalisé par le camerounais Ismaël Essome et son organisation Madiba & Nature.
« Il fait 5 mètres de long et peut porter jusqu’à trois personnes plus une charge de 100 kilos. On l’utilise pour la pêche artisanale et pour les randonnées aquatiques en eau calme. Issu d’un mélange de connaissances traditionnelles africaines et d’ingénierie moderne, l’écoboat, artistique de par sa forme, est un moyen vivant de sensibiliser sur la pollution plastique dans les milieux marins, en même temps que le symbole d’un entrepreneuriat durable des communautés villageoises ».

MARSEILLE TERRE D’ACCUEIL

C’est inscrit dans l’ADN de notre ville. Marseille, plus grand port de la Méditerranée, est un territoire d’accueil depuis sa fondation. « C’est une ville née de la rencontre avec l’autre », appuie Manuel Moliner archéologue, conservateur en chef du Musée d’Histoire de Marseille, co-commissaire de l’exposition. Toute l’exposition nous rappelle que le sol de Marseille regorge de strates, d’histoires d’objets. « Nous, archéologues, nous le vivons au quotidien » explique Manuel Moliner.

C’est une première : labellisée Exposition d’intérêt national par le Ministère de la Culture, Objets migrateurs. Trésors sous influences associe tous les acteurs du site de la Vieille Charité : le Musée d’Archéologie Méditerranéenne – MAM, le Musée des Arts Africains Océaniens Amérindiens – MAAOA, le Centre international de poésie de Marseille – cipM, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales – EHESS, le Centre National de la Recherche Scientifique – CNRS, les Maisons de la sagesse-traduire (bureau EHESS).

UNE VOLONTÉ DE PARTAGE ET D’INCLUSION

Outre des prêts exceptionnels accueillant des objets venus de partout, l’exposition donne à voir et à entendre la parole des hommes d’ici et d’ailleurs.
Par exemple, on découvrira une création inédite de l’artiste Marianne Mispelaëre, réalisée avec des élèves du collège Vieux-port de Marseille.

« L’homme est lui-même un objet migrateur : toute l’histoire de la vie sur Terre est une histoire de migrations », déclare Muriel Garsson.

Objets, films, récits sonores de migrants à écouter, ces œuvres viennent de toute l’Europe, du Ashmolean Museum of Art and Archaeology d’Oxford, de la Glyptothèque de Munich, du Musée d’Histoire de Genève, du Louvre, de la Fondation Gandur de Genève mais aussi de plus loin, comme du Musée des Civilisations noires de Dakar.

Que regardons-nous ? Sommes-nous prêts à regarder autrement cet objet, à imaginer les mains humaines qui l’ont façonné, mais aussi peut-être restauré ? Comment est-il arrivé jusqu’à nous ? On décortique avec cette exposition la richesse des brassages et de l’immigration qui existent depuis toujours.

Un propos qui ne s’arrête pas à l’exposition et qui à Marseille s’insère en tous lieux, du public au politique mais aussi du poétique au sportif…

► Pour favoriser l’accès à la culture pour toutes et tous, la Ville de Marseille rend gratuit l’accès à cette exposition le premier jour de son ouverture ainsi que chaque premier dimanche du mois.

► Afin d’être certain(e) de pouvoir bénéficier de la visite complète de toutes nos salles d’exposition, nous vous invitons à contacter le Musée avant votre visite

► Toutes les visites et activités autour de l’exposition sont disponibles sur le site musees.marseille.fr