Pic-Nic Festival

Pic-Nic Festival - Culture Festivals - Fêtes Rap, Rnb, Soul Musique du monde Comique Festival - La Buzine - Maison des Cinématographies de la Méditerranée - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Au sein de l’écrin de verdure du Château, dans une ambiance bohème et champêtre, venez découvrir la toute première édition du Pic-Nic Festival, présenté par le Comédie Club du Vieux Port et le Château de la Buzine :

Au programme de cette immanquable soirée, de la Musique, un Dîner en mode pic-nic et beaucoup de Rires (M.D.R.) !

Au programme
Parrainé par Gad Elmaleh

• Dès 20h30, scène humour avec :
Comédie Club de l’espace Kev Adams :
Malik Fares
Mahe
Rym Odom
Laurent Febvay
Baba Rudy
Avec la présence de quelques invités surprises… !

• 22h, scène musicale avec :
Naestro, l’artiste Français à la voix de ténor
Monada, les deux sœurs auteures-compositrices-interprètes et instrumentistes aux musiques internationales

En partenariat avec Comédie Club Vieux-Port.

Fest’in Kids Festival

Fest’in Kids Festival - Culture Festivals - Fêtes Musique de variété Pop musique Festival - La Buzine - Maison des Cinématographies de la Méditerranée - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Le Fest’in Kids festival abrite pour sa première édition un nombre important d’artistes populaires et talentueux pour un concert inoubliable, avec de nombreuses animations pour enfants et châteaux gonflables !

Manns pour sa première apparition en France (Mc Gregor et Mood pas clair), Tom Almodar (voix du dernier Disney : Encanto), Eva, Clara et Myriam (The Voice Kids 6 et 7), Dana Sleimane (Sara perché ti amor), Eklips (initiation au beat-box) et bien d’autres…

Souhaitant véhiculer joie, bonne humeur, accessibilité et partage, l’amusement et le bien-être de son public sont les choses les plus importantes lors de cette journée spécialement dédiée aux enfants !

Ré-apprendre à vivre ensemble est son slogan et sa volonté.

Le Château de la Buzine accueille un événement organisé par la Team Music Art.

[Extérieur côté parc]

Soso Maness

Soso Maness - Culture Concerts - Opéras - Soirées Rap, Rnb, Soul Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Aux sceptiques qui auraient pu penser que les disques d’or et autres singles de diamant pourraient changer la quintessence de sa musique, Soso Maness répond rapidement avec l’art et la manière. Loin des strass et des paillettes, il nous plongeait dès la sortie de son premier single « Piranha » au coeur du four. De fait, Soso a toujours construit ses textes comme si ils étaient un caméra embarquée, à 10 centimètres de l’action. La plume solidement ancrée dans sa zone, il dépeint dans ce morceau la réalité tragique du quartier, le tout porté en images avec un clip en immersion, une formule qui avec déjà fait le succès de « TP » (25 millions de vues sur YouTube) et de l’ »Interlude ». Soso connaît trop bien les spirales néfastes du quartier pour ne pas les décrire avec une justesse qui lui est propre, un sens du détail unique pour des constats qui font froid dans le dos.

Et si comme il le dit « Des petits chantent Petrouchka dans les hôpitaux », lui reste toujours Dans le bloc. En témoigne DLB17, un clin d’oeil à sa série de morceaux Dans le bloc présents dans chacun de ses albums. Soso déroule sans cesse des fils rouges à travers son oeuvre. En pleine maîtrise de son sujet, il multiplie les clins d’oeil au rap qu’il aime, celui de la Fonky Family dont le rythme uptempo et les scratches au refrain de DLB17 rappellent certaines compositions de l’époque. Ou lorsque sur le refrain, il tord son flow pour rendre hommage au grain de voix légendaire d’ODB, illustre Mc du Wu-tang et référence en terme de kickage.

Fallait-il le rappeler « Je suis là depuis Mafia K’1 k’1 » nous dit Soso sur les accords de piano sombres de « Peine de mort ». Parler de la rue, du temps des anciens aux nouvelles générations sur le terrain, c’est la sève de sa musique : « Moi, je sais que dans la rue, y’a pas d’héros, moi je rappe pour les khos connus pour braquage » rappelle-t-il sur le ténébreux « Gerson ».

Soso, c’est aussi l’artiste qui aime faire des clins d’oeil à ses références hors rap. Depuis ses débuts, il s’est toujours appuyé sur les titres qui l’ont bercé plus jeune pour leur donner une seconde jeunesse. Dernière exemple en date avec la ritournelle « Petrouchka » inspiré du chant russe « Kalinka ». Cette fois, sur « Cuatro », c’est une reprise de « Le Prince Igor » opéra d’Alexander Borodin, sur lequel la soprano Patricia Petibon reprend cet air si connu avec des paroles écrite par Sosos. Encore une fois, il nous fait la preuve que son univers peut fonctionner avec les plus grands classiques de la musique tout leur donnant une dimension manessquienne.

S’il continue d’asséner ses vérités, Soso n’oublie jamais de dépeindre les couleurs du quartier, du crépuscule à l’aube, de la tristesse des bâtiments gris au soleil qui se lève enfin. L’écriture de Soso reste sa force, un exutoire cathartique pour lui comme pour ceux qui l’écoutent.

Makala

Makala - Culture Concerts - Opéras - Soirées Rap, Rnb, Soul Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« C’est qui le plus méchant ?’. Makala a pris l’habitude d’haranguer le public présent à ses concerts avec cette question. Comme un boxeur devant la foule. Un rituel qui en dit beaucoup sur sa mentalité. Sur sa confiance et son assurance aussi.

Leader d’une scène rap Suisse en pleine explosion, Makala s’est forgée au fil des années une solide réputation. Celle d’un rappeur au charisme incomparable et d’un MC sans concession. Celle d’un showman capable d’embraser n’importe quelle scène et n’importe quel public également. Parce que quand il se lance, en solo ou avec son équipe des XTRM Boyz, tout devient feu autour de lui fort d’un rap archi maitrisé. Sûr de sa force et de son destin, tout dans son rap est fait pour avancer vers des horizons où d’autre rappeurs n’osent même pas regarder.

Au fil de la route on dénombre déjà quatre albums et de nombreux hits. Ginger Juice. Roi de la floride. Hitman Go. Big Boy Mak. Tout récemment BOSS. Autant de bangers parsemés qui ont permis à Makala de marquer son style et d’infuser dans l’esprit de son auditorat. Le style du non-style. Le choix de ne ressembler qu’à soi et de s’affirmer avec sincérité. Chaque projet est travaillé avec minutie. Des textes, au son en passant par les placements et les visuels. L’accès à sa musique ne se fait pas de manière instantanée et demande une certaine écoute. Mais dès que vous trouvez la clé, c’est tout un univers qui s’ouvre à vous.

Trois ans après « Radio Suicide », un album encensé par la critique, le voilà aujourd’hui de retour avec Chaos Kiss. Embrasse le chaos qui est en toi et prends ton destin en main. C’est en gros la ligne de conduite que Makala s’est fixée pour ce projet. Un album tout en contraste dans lequel on navigue au fil des humeurs du rappeur. Entre flows incisifs et placements plus chantés. Entre force des propos et second degré / arrogance. Comme d’habitude rien n’est laissé au hasard et comme son prédécesseur, ce Chaos Kiss se déguste sur la durée et se décortique minutieusement. Histoire de capter toutes les punchlines. De saisir les références. De ressentir la force du propos.

On retrouve dessus ses proches suisses (Daejmyi et Mairo) et un lien naturel établit avec une scène passée dont il est l’héritier légitime via l’invitation faite à Hill G de l’accompagner sur « Roger That ». Et puis il y a Varnish la Piscine. Celui qui apporte le contraste parfait au feu craché par Makala. Son frère de la Piscine. Une alliance éprouvée au fil des années qui atteint aujourd’hui une intensité parfaite.

Makala c’est un peu de tout ça. Le meilleur moyen de le découvrir réellement c’est de prendre le temps de l’écouter parce que des artistes comme lui il n’y en a plus tant que ça. Des artistes qui ne transigent sur rien. Qui ne font pas tout pour la gloire ou les streams. Lui atteindra forcément un statut d’icône à force de détermination, par son charisme et grâce à son talent. Et ça, trop peu sont encore capables de s’en vanter.

« Tout niquer c’est le game plan ».

Fest’in Day

Fest’in Day - Culture Festivals - Fêtes Musique électronique Rap, Rnb, Soul Comique Pop musique Hip-hop Festival - La Buzine - Maison des Cinématographies de la Méditerranée - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« Le vase donne une forme au vide, et la musique au silence. » Georges Braque

Né de la passion de la musique, de l’humour, et de l’envie de les partager, Le Fest’in Day festival ouvre sa première édition de spectacles au Château de la Buzine, sous le regard émerveillé de ses fondateurs.

Le Festival propose un plateau d’artistes populaires combinant chanteurs et plaisir du divertissement, alors « ré-apprenons à vivre ensemble »!

• Samedi 10 septembre de 16h à 23h journée « Festin show » :
Jok’air, Yanns, Lyna Mahyem, Ridsa, Bengous, Eklips, Leon Showman, Anelle, Lirro + guest dj…

• Dimanche 11 septembre de 16h à 23h journée « Back in the day’s » :
World’s Appart, Organize, Colonel Reyel, Faf Larage, Eklips, Léon Showman, Lion Chaplin, Anelle + guests (dj, chorale gospel)

Extérieur côté parc
Foodtrucks sucré /salés & boissons sur place

Un événement organisé par la Team Music Art.

Prince Waly + Tedax Max

Prince Waly + Tedax Max - Culture Concerts - Opéras - Soirées Rap, Rnb, Soul Hip-hop Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Après un 1er rendez-vous manqué, Prince Waly est de retour et vient nous présenter son 1er album, il partagera la soirée avec le secret le mieux gardé de la scène rap lyonnaise Tedax Max. Dur d’imaginer rater ça.

Après trois ans d’un long silence, insoutenable pour les amateurs du rap dans sa forme la plus pure, la plus vraie et la plus excitante, Prince Waly sera de retour en 2022 avec un premier album qui fait suite à deux EP très largement portés aux nues, Junior et BO Y Z. De ses débuts à Montreuil avec Big Budha Cheez à la consécration BO Y Z – sur lequel il invitait aussi bien Alpha Wann que Feu! Chatterton – en passant par Junior, façonné avec le producteur Myth Syzer, Prince Waly a irradié de sa prestance le rap francophone, imprimé dans ses grandes pages certaines de ses plus belles histoires et marqué nombre de rétines avec un univers visuel sans égal dans le paysage. 2022, année du Walygator. La peau dure, le sang froid.

Le secret le mieux gardé de la scène rap lyonnaise prend enfin la lumière et débarque avec « la crinière et les crocs » mais en étant surtout à l’instar du nom de son label « humble & affamé ». Un univers sombre parsemé de références aux 2000’s, une plume acérée et trempée dans le bitume, un flow qu’on avait perdu l’habitude d’entendre, Tedax Max propose un retour aux sources d’une brûlante actualité.

Bushi

Bushi - Culture Concerts - Opéras - Soirées Rap, Rnb, Soul Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Bu$hi est un artiste lyonnais originaire de la Réunion membre du collectif Lyonzon et du groupe Saturn Citizen avec qui il forme un duo au côté de Mussy.

Son style se définit par un mélange de trap au 808 saturé, de balade cloud mélodieuse ou encore de 2-step comme on peut le voir sur « Qatari », tout cela agrémenté d’une technique d’écriture très découpée, qui peut l’amener parfois à poser sa voix sur des instrumentales plus Boom-Bap comme sur « Beach House ».

A ce jour Bu$hi a sorti, en plus des projets avec Lyonzon et de sa tape avec Saturn Citizen, deux projets éponymes « Bu$hi » et « Bu$hi 1.5 » auquel s’est ajouté dernièrement le nouvel opus de cette série de mixtape « Bu$hi 2 ». Parmi ses derniers visuels sortis, « Mistral » et « Qatari » illustrent bien l’identité de l’artiste qui se définit par une esthétique très léchée et pointue autant dans l’image que dans le style.

Demi Portion

Demi Portion - Culture Concerts - Opéras - Soirées Rap, Rnb, Soul Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

« Je sais rapper mais j’voulais pas être rappeur ! Un artiste qui marche bien devait être un menteur. » Demi Portion, sur son morceau Retour aux sources, nous parle de celui qu’il ne voulait pas être. Il nous montre aussi celui qu’il cherche à être : un rappeur aguerri, qui pour autant ne ment pas, et reste fidèle à lui-même. Depuis près de vingt-cinq ans, l’artiste sétois ne se trahit pas, et dialogue avec son public, en toute sincérité. Ce dialogue avec le public, il le tisse sur les réseaux sociaux, mais aussi sur scène, son terrain de jeu favori depuis ses débuts.

Il revient à l’Affranchi avec son nouvel album « Mots croisés » de quoi faire un show intense.

Chilla

Chilla - Culture Concerts - Opéras - Soirées Rap, Rnb, Soul Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Puissante, percutante, mais aussi suave et sensuelle. Difficile d’être passés à côté de cette voix qui résonne en francophonie depuis plusieurs années déjà.

L’artiste Chilla, rappeuse-chanteuse et figure de proue des musiques urbaines n’en est plus à ses premiers pas aujourd’hui, mais s’apprête à prendre un tournant.

Furax Barbarossa

Furax Barbarossa - Culture Concerts - Opéras - Soirées Rap, Rnb, Soul Concert - L'Affranchi - Spectacle-Marseille - Sortir-a-Marseille

Nouvel album, Nouveau show…

Furax Barbarossa, le rappeur toulousain de la Bastard Prod, détonne dans le paysage rap français. Il se démarque des artistes occupant le haut de l’échiquier par sa propension à développer et perfectionner au fil de ses albums une écriture originale aux rimes polysyllabiques complexes. Adepte d’un rap sombre et technique, ses schémas de rimes élaborés, sa voix rauque, son parcours atypique et ses prestations scéniques nerveuses en font une des figures les plus respectées du rap indépendant.

En annonce de son nouvel album en 2022, il vient d’envoyer deux titres « Uragano » et « Brise de mer ».