Octobre 1934, massacre sur la Canebière

Culture Conférences - Débats Historique Conférence / Débat / Rencontre

Jeudi 15 décembre 2022 à 17h30.

Hôpital de la Timone Adultes
Association du Patrimoine Médical

Octobre 1934, massacre sur la Canebière

Hôpital de la Timone Adultes
Quand ?
Le 15 Déc 2022

Jeudi 15 décembre 2022 à 17h30.

Combien ?
Gratuit
Où ?
Hôpital de la Timone Adultes
  • Adresse : Amphithéâtre HA1 au rez-de-chaussée - 13005 Marseille
  • Y aller

Si cette tragédie s’efface doucement des mémoires, elle connût, à l’époque, un retentissement considérable. Premier attentat filmé, son impact fut comparable à celui de l’assassinat de John F. Kennedy, trente ans plus tard. Dans les deux cas, la précipitation avec laquelle l’enquête fut conduite laissa le champ libre aux tenants de la théorie du complot. Pendant près de 80 ans, la plupart des écrits consacrés à l’affaire ont accusé la police d’avoir semé le deuil sur la Canebière.

Les auteurs de ces travaux de vulgarisation appuient parfois leurs assertions sur des expertises d’époque, qu’ils interprètent sans disposer des connaissances techniques nécessaires. Le plus souvent, ils ne font d’ailleurs que reprendre les conclusions de travaux antérieurs. L’exploitation directe des sources d’époque, principalement issues des archives judicaires et des actualités cinématographiques ont permis d’analyser, balle par balle, les tirs du terroriste et des policiers.

L’auteur, médecin urgentiste marseillais, spécialiste en balistique lésionnelle et docteur en histoire, porte un regard critique sur les témoignages, les rapports d’autopsies et les performances des armes utilisées. Ses conclusions quant à la responsabilité du massacre de la Canebière sont significativement différentes de celles des auteurs déjà évoqués : pour lui, l’assassin, Dimitrov Kerim Velitchko, est responsable de la mort des cinq victimes et des blessures constatées sur la dizaine de blessés recensés. S’il dédouane la police française de sa responsabilité directe de la tuerie, il ne peut que la stigmatiser pour l’amateurisme et la
légèreté dont elle a fait preuve dans la protection de la visite royale.

Publié par : Office Métropolitain de tourisme et des congrès de Marseille