Koudlam

Culture Concerts - Opéras - Soirées Musique électronique Concert

Jeudi 9 mars 2023 à 20h30.

Espace Julien
4TH - Koudlam - Espace Julien

Koudlam

Espace Julien
Quand ?
Le 9 Mar 2023

Jeudi 9 mars 2023 à 20h30.

Combien ?
Tarifs
  • Tarifs non communiqués.
Où ?
Espace Julien
  • Adresse : 39 Cours Julien - 13006 Marseille
  • Y aller

Koudlam naît en 1979 à Abidjan, Côte d’Ivoire. Il passe son adolescence entre l’Afrique, le Dakota du Nord, Mexico City et les Alpes françaises.

Enfant, il aime marcher dans la brousse en s’imaginant dans des actes courageux. Ses héros sont Charles Baudelaire et Jim Morrison. Au collège, il chante dans des groupes de rock à la longévité hebdomadaire, mais dès l’âge de 16 ans, il est initié à la musique électronique par des pionniers de la scène rave et joue très vite devant les foules chimiques du week-end. Il autoproduit en 2006 son 1er album « Nowhere », influencé par les raves des années 2000 autant que par le rock ou la musique baroque. Débarqué à Paris, il donne ses premiers concerts et se fait rapidement des fans dévots et des amis artistes parmi lesquels Cyprien Gaillard (« Desniansky Raion », « Crazy Horse »). Entre temps, Koudlam signe chez Pan European Recording (2008) et sort l’EP ovni « Live At Teotihuacan”, mélange de symphonie classique, de sonorités world, et de beats techno. L’album « Goodbye » (2009), pop apocalyptique et universelle rencontre une presse dithyrambique, et est accueillie par les fans tel un objet saint, à la fois conceptuel et dansant. Le morceau “See You All” est choisi pour la bande son du film « Un Prophète » de Jacques Audiard et devient rapidement un hit underground…

En 2022, Koudlam revient à la civilisation avec « Precipice Fantasy » (Pan European Recording), album inspiré de ses propres errances comme des récits hallucinatoires et romantiques des aventuriers-alpinistes du XVIIe qui voulurent conquérir des sommets vierges, traverser les royaumes de la mort, simplement pour la gloire, et pour s’oublier…
L’album sortira en deux temps. La première partie (28 octobre 2022) nous livre une salve de météorites où l’artiste se sert, comme à son habitude, de motifs pop standardisés pour mieux les faire disjoncter, et toujours sans déroger à la mélodie ultime, psalmodiée jusqu’à la transe.
La seconde partie est un disque instrumental et contemplatif, une sorte de musique pour séance de yoga malaisante, celle d’un touriste qui rêvait de gravir l’Everest mais qui n’aurait plus la force de s’extirper des bas fonds de Kathmandu.

Koudlam livre ainsi la bande son des sommets et des précipices. Ou plutôt celle du chemin entre les deux, sinueux, vertigineux, toujours sur le fil de la lame.

Publié par : Ville de Marseille